Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 01:52
... d'un plus petit que soi... disait La Fontaine. Je dirai simplement qu'on a tous besoin les uns des autres, a un moment ou un autre... Savoir rendre service... si vous voulez qu'un jour on vous rende la pareille...

L'autre semaine, Janine et moi etions alles a Warringah Mall. C'est un immense centre commercial situe a Brookvale, a peu de kilometres d'ici. On y trouve de tout sur deux ou trois niveaux. Pour y entrer, c'est facile. Pour en sortir...

Agnes nous avait conduits et nous etions donc entres tranquillement. Elle nous avait indique ou se trouvaient les bus pour rentrer. Il suffisait de sortir par la ou nous etions entres. Rien de plus facile !
Nous avons deambule un peu, prenant a droite, a gauche, tout droit, regardant ici et la... Il suffirait de refaire le chemin inverse pour nous retrouver.

Apres une bonne heure de flanerie, nous etions arrives a l'autre extremite... enfin... a une extremite... Demi tour a droite ! Et nous voila sur le retour. A la premiere bifurcation, nous ne savions deja plus par ou nous etions venus. A droite ? A gauche ? Nous aurions du semer des petits cailloux comme le Petit Poucet... ou du moins bien regarder par ou nous passions. Mais nous etions loin d'imaginer la complexite du centre...

"Je ne me souviens pas etre passee par la ! " disait Janine. J'acquiescais en silence... Apres avoir tournicote pendant un bon moment, nous decidames de sortir par la premiere sortie que nous trouverions. L'ennui ici, c'est que les issues n'etaient pas designees comme chez nous, par exemple "porte est"... ou ouest... Rien de rien ! Tout etait fait pour que le quidam se perde.

C'est ce que nous avons fait !

Noous sommes donc sortis, mais dans une direction completement opposee... mais nous ne le savions pas... et nous nous sommes retrouves sur une rue inconnue. Avec mon sens de l'orientation habituel, je  decide qu'il faut aller a droite. Et nous voila partis bravement, sous le soleil qui chauffait deja, bien qu'il n'etait guere plus de 11 h am.

Au bout d'environ 800 m, comme nous ne voyions rien de connu, j'avise ne dame qui venait en sens inverse poussant un landau. Je lui demande ou se trouvait l'arret des bus pour Manly. Elle me designe la direction opposee, celle d'ou nous venions... Demi-tour, gauche... pour changer... et nous faisons le chemin inverse. Au bout d'1 km environ, toujours rien, pas la moindre trace d'un bus ou d'un arret de bus ! 

Nous envisageames de prendre un taxi. Encore aurait-il fallu qu'il y en eut ! Nous sentions nos jambes flageoler...
Soudain, alors que nous commencions a desesperer, je vis une dame qui entrait dans sa voiture, un gros 4x4 Mercedes.
Je m'approchai et lui demandai ou se trouvait l'arret de bus pour Manly... Elle me regarda, m'indiqua une direction, et dit soudain :
-Voulez-vous que je vous conduise ?
Je lui expliquai qu'en realite, nous allions a Fairlight... Cela me genait un peu, et en meme temps me plaisait bien... Cela nous evitait une attente plus ou moins longue, un trajet jusqu'a Manly, une nouvelle attentre, un autre trajet jusqu'a Fairlight, en tout pas loin de deux heures...
(bien sur, tout cela en anglais... parfait pour la dame, approximatif pour moi... Mais l'essentiel n'est-il pas de se faire comprendre ?)

Et nous voila Janine et mois dans le gros 4x4 Mercedes... La dame programma l'adresse que je lui indiquai sur son GPS et en route !

Nous discutames... Elle venait de passer quelque temps en France... Paris... Ah ! Paris !... J'essayai de lui faire comprendre que Paris n'est pas toute la France...

Bref, un quart d'heure plus tard, nous etions rentres a la maison, alors qu'en bus, avec les changements, nous en avions pour pres de deux heures comme je l'ai explique...

Voila un exemple de la serviabilite australienne. La dame n'habitait pas du tout dans le coin puisqu'elle nous a dit habiter Freshwater, un peu au nord de Manly.

Moi aussi il m'est arrive de rendre ainsi service a quelqu'un qui etait un peu perdu, de le ramener chez lui.

Comme disait toujours le fabuliste : "Un bienfait n'est jamais perdu..."
Ce n'est pas obligatoirement celui que vous avez aide qui vous le rendra, mais un inconnu...

(a suivre...)
Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 07:44
DSC05482.JPG

Il ne nous restait plus qu'a faire le chemin inverse, tandis que s'eloignait le port de Sydney, dernieres visions avant le retour...

DSC05486.JPG



DSC05488.JPG


Et derriere nous le sillage de notre navire qui allait retrouver notre futur...

DSC05494

Dernier virage vers Manly... dont l'arrivee offre moins d'interet...mais ou Agnes nous attendait avec Clovis...

DSC05496.JPG

Adieu... ou au revoir Sydney...

DSC05502.JPG

Allez !... L'Opera encore... pour le plaisir... grand oiseau aux ailes deployees... imposant vaisseau toutes voiles dehors...

(fin de l'episode... mais a suivre...)




Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 07:39
De Circular Quai a l'Opera on longe le port par une promenade tres agreable et tres frequentee.
L'Opera de Sydney, avec le Harbour Bridge voisin et le paysage qui les entoure, est devenu le symbole de l'Australie. Il faut avouer que c'est superbe !
On parlait deja de construire un opera a Sydney des 1940... Il y a eu manifestement d'autres priorites. Le sujet est revenu sur le tapis, un concours est lance au niveau mondial, plus de deux cents projets d'architecture sont deposes. En 1955, le projet choisi parmi tous ceux qui ont ete soumis, est l'oeuvre d'un architecte danois, Jorn Utzon qui arrive a Sydney en 1957. La construction commence en 1959 et sera terminee par un groupe d'architectes locaux a la suite d'un differend entre Utzon et le nouveau gouvernement des New South Wales... L'Opera est inaugure en 1973 par la Reine Elisabeth II, mais sans Utzon...
Ses dimensions sont assez impressionnantes : 183 m de longueur et 120 de largeur pour une superficie de 1,8 ha.
Mais c'est surtout son architecture originale qui le fait remarquer : voilier pour les uns, coquillage pour les autres.

DSC05440.JPG

Aujourd'hui, l'Australie est fiere de posseder un pareil joyau. Et pourtant, il a ete decrie en son temps... Trop futuriste... Trop avant-gardiste... Trop moderne en un mot...

Rappelons-nous l'accueil fait a notre Tour Eiffel lorsqu'elle fut construite... Une horreur... aux dires de certains, et non des moindres. Pourtant, la aussi, que serait Paris sans sa Tour Eiffel... et que serait Sydney sans son Opera ?...

DSC05469.JPG


Voici une vue de sa face cachee, celle que vous ne voyez que rarement...
Il y a quelques touristes... En voici deux que nous avons pu photographier...

DSC05472.JPG

Nous avons gravi les nombreuses marches...

DSC05474.JPG

De la-haut, la vue est parfaite sur le grand parc qui fait face et sur le port ou nous sommes arrives.

DSC05475.JPG
















Lorsque nous descendions les marches, nous croyions rejouer une scene du "Cuirasse Potemkine"...

DSC05481.JPG


Quand vous vous trouvez devant ce magnifique monument, comment ne pas etre impressionne ?...
Retour vers le quai ou le ferry nous attend. Pourrons-nous le prendre ? Sinon, comme il y en a toutes les 30 minutes, il suffira d'attendre. Ne nous pressons pas... Nous ne nous lassons pas d'admirer Harbour Bridge...

DSC05463.JPG

... ainsi que l'animation qui regne dans cette partie du grand port. Tiens ! Voici encore nos deux touristes...

DSC05484.JPG
Nous avons pu finalement monter a bord, les derniers... car on enlevait la passerelle derriere nous. Nous avons retrouve notre bateau du matin, le "Queenscliff", mais pas nos places car, comme je vous l'ai explique, l'arriere etait devenu l'avant (et reciproquement...) et vous constatez que nous somme ici a l'avant...

Et c'est le voyage du retour, une derniere vision de Sydney qui s'eloigne...

(to be continued...)



Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 07:09
Peu apres, nous debarquions sur Circular Quai. Il y avait enormement de monde qui allait dans tous les sens. Par quoi allions-nous commencer, sachant que nous ne pouvions... ni ne voulions tout voir ? En une journee...
Il etait 11 h am, on nous avait parle des Rocks, le vieux quartier de la ville, situe pres du port. Allons-y... je veux dire... let's go !

Globalement, on rencontre ici quatre periodes de constructions :

-les petites maisons de style colonial, datant des premiers temps, il faut l'avouer assez rares ici, mais qui existent ailleurs certainement.
-les immeubles de la fin XIXe et (ou) debut XXe siecle, comportant trois ou quatre etages, construction en briques  rouges, du plus fonce au plus clair.
-les immeubles du milieu du XXe siecle, dix etages environ, couleur grise pas tres attirante...
-les buildings... dont vous avez eu un apercu dans l'epidode precedent.
... et le tout se cotoyant comme dans la photo ci-dessous :

DSC05450.JPG

(... et oui... l'inevitable Mac Do... Sorry...)

DSC05452.JPG

ou encore cela...

DSC05447.JPG

Non, la photo n'est pas a l'envers... Circulation a gauche... of course !

Mais midi approchait. Je sais que pour les Australiens, ce mot ne veut pas dire grand chose... mais pour nous, si ! Nous avisons dans The Rocks une sorte de restaurant... bref... un endroit ou l'on se restaure... et nous voila assis. Repas qui n'a laisse aucun souvenir inoubliable... Nous nous sommes nourris !

Et en avant pour la suite !

Nous avions prevu de faire un tour dans le metro monorail aerien, afin de voir la ville d'en haut. Des Rocks, il y a environ 1 km, que nous avons parcouru de notre pas de promenade, regardant, admirant, comme de parfaits touristes...
La station que nous avions envisagee de prendre etait City Centre. Vous aurez compris qu'il nous a fallu gravir un escalier pour se trouver au niveau... aerien... du monorail. Nous voici sur le quai, attendant notre rame... La voici !

DSC05453.JPG
Je sais... la photo est un peu
sombre... Les stations sont toutes comme celle-la : en interieur...
Mais vous pouvez voir le rail
devant la voiture.

Nous montons : des compartiments de huits places confortables ou nous prenons place... et commencons a admirer le paysage...

Nous passons au-dessus de Darling Harbour, un renfoncement de la baie de Sydney (qui en comporte beaucoup comme je l'ai ecrit...)
Sur les quais, nous apercevons une foule enorme... Que font la tous ces gens ?  De loin, nous ne pouvons pas le savoir... Il y a aussi beaucoup de petits  bateaux. Darling Harbour est une sorte de port de plaisance de Sydney...

Nouvel arret a Convention (on se croirait dans le metro parisien avec un tel nom... non ?...) Dans le compartiment, il faisait une chaleur de plus en plus grande. D'habitude, tout est refrigere... je veux dire... climatise... (c'est la meme chose !). Voulant faire connaitre l'etendue de mon anglais, je dis en m'essuyant le front a nos voisins, un couple sympathique d'environ 60 ans... (des jeunes !) : "il's cold !"... Son air surpris m'indiqua que quelque chose  clochait... "No... rectifiai-je... hot !". Il sourit et repondit : "warm !"... C'etait le terme exact... Mais le metro ne repartait toujours pas...
Soudain, un employe ouvrit la porte et annonca quelque chose que nous comprimes, meme sans le comprendre : il fallait descendre !

Quelque chose n'allait pas, mais quoi ? Je presume qu'il y avait un  probleme dans la climatisation, car ce ne pouvait etre une roue a plat...

Un autre metro vous prendra... En realite, le prochain. Comme il etait deja bien plein, il a fallu se tasser, debout. Devant ma canne (comme quoi, une canne, ca a parfois du bon !...) un jeunot d'environ 50-55 ans me ceda sa place... Que dire ? Rien.. C'est ce que je fis... en remerciant.

Nous descendimes a l'arret de notre depart, City Centre, mon aimable Australien aussi, avec sa famille, et en partant il me serra la main...
Oui, je le dis, les Australiens sont TRES aimables et serviables, et j'aurai plus tard une autre anecdote a vous conter...

Nous avions prevu de nous rendre a l'Opera, bien sur ! Mais avant, halte dans un grand parc, St James. Il regnait  dans ce parc un certain bien-etre, un doux farniente, une joie de vivre, au son d'une musique douce qu'un guitariste  dispensait dans un coin, tandis que d'autres jouaient aux echecs... mais des echecs speciaux comme vous pouvez constater... sous l'oeil attentif de specialistes...

DSC05455.JPG

"Voyons voyons... il veut jouer un bon tour a mon roi... c'est fou !..." (in english... of course !)

Et ceux que vous apercevez derriere jouent aussi aux echecs.

Dans le haut du parc, se trouve la cathedrale de Sydney, catholique... precisa un voisin de banc.


DSC05460.JPGDevant on devine une splendide fontaine. Vous voulez la voir de plus pres ? Facile...

DSC05461.JPG

Au cours de la conversation avec notre voisin, il nous conseilla de prendre le bus plutot que d'aller a pied jusqu'a l'Opera : c'etait loin ! Il nous indiqua "a gree car... free"... Alors, si c'est gratuit, allons-y !

C'etait un "shuttle" (navette) qui reliait Circular Quai, d'ou nous pouvions aller a l'opera qui n'etait pas tres loin.

Chose dite, chose faite. Effectivement, un car d'un beau vert se presenta peu apres, et en avant pour la suite de nos aventures !

(to be continued...)
Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 06:53
... et je n'ajouterai pas "toutes voiles dehors"... mais le coeur y etait...
Dimanche 28 fevrier, nous avons decide Janine et moi de nous rendre a Sydney par le ferry. Janine y etait deja allee avec Agnes mais a cause d'une sciatique genante... je n'avais pu les accompagner.
Cette fois, ca y etait ! Nous pouvions partir...

Mais voila qu'Agnes nous fait part d'un tremblement de terre survenu au Chili... Et alors  ? Etait-ce cela qui allait nous empecher de prendre la mer ? Oui car un tsunami etait annonce sur la cote est australienne...

La cote est... mais c'est nous ! Il avait ete conseille au public de ne pas aller a la plage, de ne pas prendre la mer. D'ailleurs, aux nouvelles, les ferry restaient a quai...

Devant notre insistance (la baie de Sydney est quand meme un peu fermee... puisque son entree mesure environ 1500 m...) Agnes telephona aux responsables du ferry de Manly. Oui, un ou deux bateaux avaient ete contraints de rester au port, mais ils desservaient des ports de la cote pacifique... Le ferry Manly-Sydney lui en revanche fonctionnait bien et sans risques...

Ouf !... D'un coup de voiture, Hugues nous amena au Wharf et nous voila dans le ferry qui partait peu apres. Il y en a toutes les demi heures, ai-je deja dit. Il y en a quelques-uns qui se relaient. Le notre s'appelait "Queenscliff".

Ce sont des bateaux particuliers. En effet, tout navire normalement constitue... possede un avant et un arriere. Tout le monde sait cela... Ceux-ci ont deux avants... et donc aucun arriere... Curieux, n'est-ce pas ?... Cela leur permet d'accoster a Manly d'un cote, et de repartir pour Sydney (ou le contraire) sans effectuer un demi-tour perilleux...
Nous avons croise celui qui faisait la liaison inverse, et vous pouvez constater :

DSC05417.JPG

Alors, dans quel sens va-t-il ?... L'ecume de la proue vous indique qu'il va vers la gauche... Sinon, qu'auriez-vous repondu ?

Le temps etait superbe, pas trop chaud, legerement couvert mais cela allait se dissiper. Et nous etions heureux... Le paysage etait superbe... et nous n'avions encore rien vu ! Cependant, cela se precisait...

DSC05428.JPG
Voila... Sydney derriere... et nous devant ! Cette photo a du etre prise avec un leger zoom...

Comme nous approchions, la vue devenait de plus en plus extraordinaire. Je dis que la baie de Sydney est reellement l'une des plus belles baies du monde... (le capitaine Arthur Philip ne s'etait donc pas trompe...).

DSC05429.JPG

On distingue l'opera en blanc sur la gauche et Harbour Bridge... Mais rapprochons-nous.


DSC05436.JPG

L'opera se precise...

DSC05441.JPG

Le voici vu de la mer. Plus tard, vous verrez sa face cachee...



DSC05439.JPG

Voici les gratte-ciel. Comme je n'ai pas d'appareil panoramique, je vous restitue cela par morceaux...  Il manque le pont sur la droite... Nous le verrons plus loin...

DSC05445.JPG
Et voici devant nous le quai ou nous allons accoster. Sur la droite, on apercoit l'avant d'un paquebot hollandais de la Holland America Line et dont j'ai oublie le nom... Notre bateau va essayer de se ranger au milieu de tout cela et il va reussir !
Sydney, a nous !...

(a suivre...)
Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 02:48

A la demande generale, voici quelques explications concernant le drapeau australien.
Il se presente ainsi, tel qu'on le voit partout: bleu, avec dans le quart superieur du cote de la hampe l'Union Jack. En dessous, se trouve l'etoile de la Federation a sept branches, representant les sept territoires principaux du pays. La moitie flottante represente la constellation de la Croix du Sud en blanc avec une petite etoile a cinq branches et quatre autres a sept branches.  C'est l'une des constellations les plus visibles dans l'hemisphere sud.
Ce drapeau fut proclame par le roi en 1901 apres une competition mondiale organisee apres l'etablissement de la Federation.


Drapeau de l'Australie

En voici le detail de la construction :




Notons qu'il existe d'autres variantes :

-fond rouge pour la marine marchande
-fond blanc  pour la marine de guerre
-fond bleu clair pour l'aviation militaire

Il existe actuellement une polemique entre ceux qui veulent conserver le drapeau tel qu'il est et ceux qui veulent que l'Union Jack disparaisse. Les premiers sont majoritaires. Mais  le nombre des tenants d'un drapeau different a augmente au cours des deux dernieres decennies.

Verra-t-on un nouveau drapeau au cours des prochaines decennies, comme le Canada l'a fait ?

Affaire a suivre...
Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 23:34

Nous decouvrons sur Internet les effets devastateurs de la tempete sur la France. Ici bien sur nous sommes tres loin de vous par la distance mais nous sommes en pensee avec tous les Francais et principalement ceux qui habitent dans les regions concernees.

Il y en a peut-etre parmi vous qui ont subi cette violente tempete. Rassurez-nous et donnez-nous de vos nouvelles.

Ici le temps a brusquement change ce matin, de 35 degres nous sommes passes a 20. C'est le debut de l'automne...

Pensees amicales a tous.

Gerard et Janine

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 23:24

Votre oeil exercé aura remarqué que je vous ai laissés une quinzaine sans nouvelles du blog... Il y a une raison à cela. Non, je ne suis pas allé au festival de Cannes... Cependant, il y a bien une histoire de canne... que je m'en vais vous narrer...

Voici exactement un mois, j'ai senti une douleur à la jambe gauche, celle qui m'avait déjà posé un problème il y a 9 ans... Cela s'était terminé par l'opération d'une hernie discale. Et voici que la douleur de la sciatique que je ne connaissais que trop revenait... insidieusement. Je pouvais marcher certes, mais pas rester assis... Situation délicate... Sciatique simple... mais sciatique quand même... Ceux qui sont passés par là connaissent...

Sur les conseils d'Agnès je décidai de consulter un médecin acupuncteur qui pratiquait la médecine traditionnelle chinoise. En réalite c'était une femme charmante d'origine chinoise et qui parlait anglais avec un accent chinois...
Inutile de dire que je ne comprenais pas grand chose à son discours. Heureusement Agnès m'a accompagné pour la première séance. Après un interrogatoire serré... elle me fit allonger sur une table et me voilà parti pour la première séance. Il en avait été prévu 5.

L'acupuncture, vous connaissez, je n'insisterai donc pas. Ensuite, elle me massa longuement, me posa des ventouses aux endroits sensibles. Re massage... La séance dura une bonne heure et demie... Ces soins effectués avec  rigueur et professionalisme me soulagèrent un peu. Elle me dit qu'au bout de 5 séances, je ne sentirais plus rien...

J'avais une séance tous les deux jours, même le dimanche... Mais voilà qu'au bout de la 2è séance, les douleurs devinrent plus fortes. La 3è séance n'améliora rien, pas plus que la quatrième. Devant cette situation, la praticienne me conseilla de consulter un médecin généraliste et de faire des radios.

Il était plus simple de se présenter aux urgences de l'hôpital de Manly. Je ne pouvais rester assis et aux urgences je risquais d'attendre un moment avant qu'on s'occcupe de moi, chose normale pour des urgences ou l'on traite justement les... urgences en priorité.... Etais-je une urgence ? Certes non, avec une sciatique... Mais comme je souffrais... beaucoup... l'urgence consistait à me soulager... Agnès alla en éclaireuse signaler ma situation. C'est ainsi que je fus reçu dès mon arrivée et qu'on me donna de quoi m'étendre. Je n'eus pas à attendre longtemps : une sympathique jeune femme medecin se présenta, et après avoir écouté mes explications, traduites par Agnès... of course, elle me dit qu'on allait me soulager rapidement. C'etait déjà ça...
J'ai su après qu'il s'agissait d'une doctoresse car rien dans sa tenue le l'indiquait. Un badge à la ceinture... qui tournait au vent... impossible à lire...

Peu après une autre femme arriva et me fit avaler deux gros comprimés... puis un plus petit, et j'attendis. Au bout de quatre heures, le médecin revint, ainsi qu'une kiné qui me fit lever. Couché, je n'avais pas mal, mais debout, c'était une autre paire de manche ! Quant à marcher... Pourtant, elle me fit grimper un escalier... je me demande bien pourquoi car je n'avais rien à faire à l'étage supérieur... Devant mes grimaces de souffrance, elle me dit qu'on allait me garder une nuit afin que je reparte... guéri.... enfin, soulagé. C'était une bonne chose...

J'avais averti en temps utile mon assurance, je pouvais donc supporter les frais d'une hospitalisation... qui sont assez élevés...

Les comprimés succédaient aux comprimés, à horaires fixes... On m'avait trouvé un lit dans une chambre ou j'étais seul. Après un repas... australien, que j'avalai de bon appetit car je ne souffrais plus et que l'appétit était revenu, je passai une bonne nuit, ponctuée de comprimés... à heures regulières.

Le lendemain matin, apres un breakfast apprecié, une autre doctoresse vint et me prescrivit une ordonnance. Je pus sortir le midi, Agnès étant venue me chercher.

Mais, pensez-vous... ou est la canne ? J'y viens ! La kiné m'avait demandé si je voulais une canne pour m'aider à marcher. Pourquoi pas ! Si cela peut me rendre service... C'est ainsi que je quittai l'hopital sur trois pattes... si j'ose dire...

Je me souviens d'une personne d'au moins 85 ans... minimum.... à qui on avait recommandé de s'aider d'une canne, et qui avait répondu : une canne ? ... mais c'est pour les vieux !...

Deux jours plus tard, la douleur avait pratiquement disparu. J'ai pu reprendre mes activités : conduire et rechercher Clovis à l'école... entre autres... sans oublier les courses chez Coles, mon magasin préféré... avec la canne... of course !

Et voilà comment le souvenir que je ramènerai d'Australie.. sera une canne... que j'utilise à chaque sortie... Un vrai festival ! J'aurai aussi le souvenir de gens sympathiques qui font tout pour vous aider et vous soulager. Mais en quittant l'hôpital, après les avoir bien remerciés, j'ai fait comprendre que je leur disais au revoir... et non à une autre fois !...
Sans blague !...

(A suivre...)


PS : Je viens de prendre connaissance de l'article écrit par un concurrent sur son blog... Il raconte sa version de ma crise de sciatique... avec tout l'humour qu'on lui connaît... Qu'on se rassure : il n'y est pour rien ! Je suis quand même capable d'avoir une crise de scatique tout seul ! A part cela, ce qu'il écrit est vrai... Même qu'il faudra que je me ménage... ou qu'on me ménage...

Bref... Si vous voulez en savoir plus, pour ceux qui n'auraient pas l'adresse de son blog, la voici :

www.afrenchfamilydownunder.over-blog.com


Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 03:23
Il existe en Australie une tradition plus qu'une habitude, que l'on rencontre en France aussi mais a un degre moindre : celle des "second hand shops", ce qui signifie au sens propre "magasins de seconde main". Il s'agit de magasins qui revendent des produits d'occasion et les meilleurs equivalents en France sont les magasins Emmaus (et n'oubliez pas le trema sur le u...)
Mais il y a une grande difference : en France, ils se trouvent en pleine campagne et n'ouvent que quelques apres-midis par semaine, sauf exceptions...  Ici on les rencontre en pleine ville et ils sont toujours ouverts.

La plupart du temps, ils sont geres par des organisations comme the Salvation Army (l'Armee du Salut)  ou l'Association St Vincent de Paul.

On y trouve vraiment de tout, en bon etat, parfois pratiquement neuf, et a des prix defiant toute concurrence, justement parce que les produits proposes ont ete donnes et non vendus.


DSC05311.JPG

Voici une vue du second hand shop St Vincent de Paul a Brookvale. C'est a peu de kilometres.

Il faut preciser tout d'abord une chose essentielle. Lorsqu'ils veulent se debarrasser de quelque chose qui ne leur plait plus, les Australiens le donnent. Pour cela, deux solutions :

1-ils le (ou la) mettent sur le trottoir devant chez eux, ceux qui passent savent qu'ils peuvent se servir : c'est fait pour cela. Inutile de mettre la pancarte : prenez si ca vous chante... Tout le monde le sait et ne s'en prive pas. Agnes et Hugues ont ainsi trouve des tas d'objets en parfaite qualite, qui ne deparent pas dans leur interieur. Cela a lieu deux fois par an, a date prevue et ne dure qu'environ une semaine. Nous y sommes actuellement.


DSC05313.JPG
Cela ressemble plus a un bric-a-brac... Dans ce cas, sans doute les meilleures pieces ont-elles ete prises des le debut... Car les specialistes sont a l'oeuvre des le depot sur le trottoir et les choses les plus interessantes sont enlevees rapidement... Et puis, je ne suis pas alle tres loin... Mais celui qui cherche l'occasion doit sillonner les rues en voiture avec un coffre vide...

2- ils le (ou la) donnent a des oeuvres caritatives comme celles citees plus haut.

Pourquoi ?

Lorsqu'un Australien veut changer (au choix : sa tele, une table, un buffet, des chaises, des lampadaires, sans oublier les jouets d'enfants, bref, tout vous dis-je...), plutot que de les jeter, ils preferent en faire profiter d'autres afin que l'objet retrouve une seconde vie a defaut d'une seconde jeunesse...

On ne jette pas uniquement ce qui est casse ou  ne fonctionne pas. On laisse a disposition... On trouve ainsi des lampes de chevet, des transistors, et qui fonctionnent ! Des teles aussi, mais nous n'avons pas essaye, parce qu'elles sont encombrantes. Sans doute des gens qui achetent un televiseur a ecran plat et qui se debarrassent de leur ancien poste trop lourd.

Le service des encombrants passe deux fois par an. Les particuliers peuvent donc se debarrasser de ce qui les encombre... justement. Et pour faire profiter les autres, comme je l'ai dit, ils mettent sur le trottoir quelques jours avant le passage des bennes destructrices... Car tout ce qui restera sera irremediablement reduit en miettes...
Inutile de dire que parmi ce fatras il se trouve aussi des objets inutilisables et bon pour la casse. Il faut donc trier, chercher, fouiller...

DSC05314.JPG

Une belle valise peut-etre.. pour un prochain voyage en avion... Elle semble en bon etat, mais je n'ai pas verifie, car des valises, nous en avons...
Une remarque de taille : les voitures qui sont stationnees le long du trottoir ne font pas partie du lot...

DSC05359.JPG

Voici d'ailleurs a titre d'exemple une tres petite partie des jouets que les enfants ont recuperes sur les trottoirs... Des jouets pratiquement neufs... ou ayant peu servi...

La seconde solution a aussi ses adeptes, mais dans ce cas il faut se rendre au magasin pour porter ce qui ne convient plus. Les second hand shops sont pleins de ces objets qui peuvent avoir encore une grande utilite. Le prix est des plus modiques. Un jouet pour les enfants coute 50 centimes de dollar... et pas un petit jouet... S'il est plus important, on peut aller jusqu'a 5 dollars, pour une petite voiture a pedales par exemple, qui marche !

Les livres sont tres prises, 1 dollar piece... Il existe quelques rares livres en francais.. trop rares... et j'ai trouve "Cesar", le troisieme de la trilogie de Pagnol (Marius, Fanny, Cesar), ainsi que "Jean de Florette". Vous pensez bien que je ne les ai pas laisses passer... et meme si nous les connaissions, nous nous sommes regales a leur lecture... Le plaisir etait double : lire Pagnol en Australie ! Lire egalement Maurice Druon, ses "Grandes Familles" et ses "Rois maudits"...

Ne pensez pas que ce genre de magasins soit reserve aux gens modestes. Il y avait l'autre jour au Second Hand Shop St Vincent de Paul une personne qui descendait d'une superbe Megane Renault noire toute neuve, interieur cuir...

L'inconvenient de ce genre de magasin est que l'on trouve des objets tellement peu chers qu'on se laisse tenter et vite envahir... On a toujours la solution de mettre ce qui a cesse de plaire sur le trottoir... et l'objet pourra retrouver une troisieme... quatrieme... jeunesse...

Nous sommes mardi 24, les bennes destructrices vont bientot passer. Hier des ferrailleurs particuliers sont venus avec des camionnettes et ont recupere toute la ferraille... Rien ne se perd !

(to be continued...)

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 04:35
Ce sigle courant ici signifie "Australian Quarantine and Inspection Service", traduction "service australien de la Quarantaine et d'inspection"...

En clair, ce service intervient chaque fois que quelqu'un ou quelque chose veut entrer sur le territoire australien. Toute personne suspecte est placee en quarantaine, et je vous en ai parle dans un blog precedent. La chose s'applique aussi a tous les objets, ceux que nous amenons dans nos bagages mais encore ceux qui arrivent par courrier...

Tout courrier suspect est ouvert, verifie. S'il se trouve des objets interdits, ils sont preleves, une note vous en avertit, et le colis peut continuer sa route avec ce qui reste.

C'est ce qui est arrive a un colis que nous avions poste avant notre depart pour nous alleger... et dans lequel nous avions mis des friandises, des livres, et de la lavande donnee par Patrice, de la bonne lavande du Teil... On nous avait dit que les plantes etaient severement controlees... Mais de la lavande... qui sent bon la Provence... Quand meme... Nous l'avions bien enveloppee pour ne pas qu'elle sente... trop... Car je ne vous ai pas dit que ce sont des chiens renifleurs qui sentent tous les paquets ou bagages... Notre installation ne devait pas etre hermetique car le museau sensible  d'un "Australian dog" a flaire la bonne affaire... La paquet a ete ouvert, la lavande subtilisee et remplacee par une note disant en gros :

Ce produit est interdit en Australie, nous l'avons enleve. Vous avez trois solutions :
1- nous detruisons le produit.
2- vous voulez le recuperer, a vos frais, il vous en coutera en plus une amende de... (j'ai oublie, quelque chose comme une cinquantaine de dollars)
3- nous le renvoyons a l'expediteur...

Bien entendu, nous avons laisse tomber... si je puis dire...Nous avons recupere les friandises et les livres...
La meme mesaventure est arrivee lors de la reexpedition de notre courrier. Un voisin (et ami) est charge de nous faire un envoi groupe toutes les 3 semaines environ, en ne mettant que les lettres. Ce qui fut fait.
A l'arrivee, nous constatames que notre paquet avait ete ouvert et verifie. La moitie des lettres qu'il contenait avait ete ouverte. C'etaient des lettres de bonne annee, amicales, une lettre de Citroen me proposant une nouvelle voiture, de la Securite Sociale nous envoyant notre decompte du mois de novembre... et le reste dans le meme style. Aucun interet pour l'AQIS...

Il etait mis qu'un chien avait renifle le paquet, ou qu'il avait ete passe aux rayons X ( le paquet... pas le chien...) et que rien n'avait ete detecte, mis en quarantaine et enleve...

Je trouve qu'une telle vigilance est plutot rassurante, car imaginez que l'on veuille envoyer n'importe quoi... Les chiens ou les machines sont la.

Et puis, quand on se rend dans un pays etranger, il est normal qu'on se plie a ses regles, a ses usages. La chose est vraie pour tous ceux qui se rendent dans un pays etranger.

Le paquet avait ete soigneusement referme, ce qui n'avait pas ete le cas de lettres anterieures,  contenant des photos, ouvertes et non refermees. La plupart des photos "se sont fait la malle", profitant que la porte etait restee ouverte...

Bien mal AQIS ne profie jamais...

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

Présentation

Recherche

Liens