Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 15:43

Mon livre sur les bonnes histoires de l'Anjou est terminé et expédié à l'éditeur. Il doit paraître au printemps prochain (le livre... pas l'éditeur...)

Il devrait s'appeler (id...) "L'Anjou, les bonnes histoires de mon grand-père"... ou quelque chose comme cela.
Pour vous mettre en appétit et vous donner un aperçu de la chose, voici une histoire. C'est celle qui ouvre les hostilités... si je puis dire...

Je vous laisse la déguster. Il y a plein d'autres comme celle-là, dans des genres différents...

 

 

Le général et la jeune recrue...

 

Cela se passait à l'époque où les jeunes Français devaient à la patrie quelques mois de leur jeunesse pour effectuer leur service militaire. Tous les Français devaient y passer, à moins d'être réformés pour diverses raisons médicales. Pour les jeunes paysans qui n'étaient que rarement sortis de leur campagne, c'était l'occasion de « voir du pays »...

Voici une histoire que m'a racontée un conscrit qui était caserné à Angers.

Un jeune soldat, avait été incorporé depuis trois mois et venait de terminer ses classes. C'est la période pendant laquelle on lui apprend les rudiments du métier... rudiments qu'il se dépêchera d'oublier quand il rentrera dans ses foyers... à moins qu'une guerre vienne lui rafraîchir la mémoire... Nous en avons malheureusement connu deux cruelles au cours du XXè siècle.

Désormais, la jeune recrue est apte à assurer divers services, notamment la garde à la porte de la caserne. Une sentinelle en armes doit en effet se tenir à la porte de la caserne, de peur sans doute qu'il prenne l'idée à quelqu'un de s'échapper... J'ajoute jour et nuit...

La jeune recrue est justement de garde ce soir à la porte de la caserne de 6 h à 8 h. Il vient juste de recevoir un colis de sa famille. Dedans, il a découvert avec délice des magnifiques rillettes que sa mère lui a faites. Voilà longtemps qu'il n'a pas goûté aux rillettes maternelles... Mais cela tombe mal : comme il est de garde, il na va pas pouvoir déguster cette charcuterie qui fait le renom de l'Anjou et d'autres lieux...

Eh bien, qu'à cela ne tienne ! La tentation est trop forte... Il décide d'emmener une miche de pain afin de manger ses délicieuses rillettes... En cette soirée d'hiver, la nuit tombe de bonne heure et à 6 heures, il fait déjà sombre. Au fond de lui, il est resté un civil habillé en soldat...

Le soir, se dit-il, on voit moins de monde et je pourrai manger en paix... Personne ne me verra ! Ni vu ni connu, j't'embrouille !...

Il se taille une belle tranche de pain, étend dessus une bonne couche de rillettes, pose son fusil contre la guérite et se met à dévorer la succulente tartine.

A ce moment, passe le général commandant la division. Il vient rendre visite au colonel. En voyant la sentinelle occupée à casser sérieusement la croûte, il lui dit :

- « Tiens ! tu as donc faim ?

-Pardi ! Si je n'avais pas faim, je ne mangerais pas ! Répond le soldat qui n'a pas vu les étoiles du général à cause de l'obscurité.

Le général est un brave homme, et au lieu de s'offusquer de ce manquement grave à la discipline (qui fait la force des armées, ne l'oublions pas...), il prend la chose avec bonhomie et préfère jouer le même jeu que le jeune soldat. Inutile de dire qu'il s'amuse beaucoup...

-Mon ami, tu ne sembles pas être un militaire de carrière ? Ou un rempilé ?

-Ah ! Non, certainement pas ça ! Je fais mon service militaire comme tout le monde...

-Et tu dois être en fin de service...

-Tu n'y es pas du tout !

-Il y a bien un an que tu es mobilisé...

-Tu n'y es pas !

-... Six mois ?...

-Tu n'y es cor' pas !

-... Trois mois ?

-Ah ben ! Ce coup-ci, tu y es ! Trois mois tout juste ! … Et toi, t'es-ti militaire de carrière ?

-Tout juste !

-J' m' en doutais un peu... T'es-ti caporal ?

-Tu n'y es pas !

-T'es p' têt' sergent ?

-Tu n'y es pas !

-T'es donc sergent-major ?

-Tu n'y es pas !

-Mince alors ! P'têt' ben que t'es adjudant ?

-Tu n'y es pas !

-T'es-ti lieutenant ?

-Tu n'y es pas !

-Alors, y a pas d' doute, t'es capitaine !

-Tu n'y es cor' pas !

-Bougrou ! T'es donc commandant ?

-Tu n'y es pas !

-Alors, t'es p' têt' le colonel ?

-Tu n'y es encore pas !

-Diable ! Mais tu ne serais tout de même pas le général ?

-Si, cette fois, tu y es !

-Ah ben ! Marde alors ! Eh ben mon vieux, tiens donc ma tartine, que je te présente les armes !... »

 

 

Allez, à plus...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Josette TERRY 09/09/2012 17:22

Amusante cette histoire de soldat!

Présentation

Recherche

Liens