Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 18:23

 

 

1- départ retardé...

 

Ça y est, nous sommes rentrés... lundi matin 12 mars au lieu de dimanche... 24 heures de retard... et bien des péripéties... Mais laissez-moi vous narrer cela par le menu...

Le départ était donc fixé au samedi 10 mars, décollage à 11 h 35 de l'aéroport de Sydney, compagnie Viet Nam Airlines.

Nous devions nous présenter à l'embarquement au plus tard à 9 h. A 7 h un quart, le taxi prévu pour nous emmener était là. Nous voilà donc partis tous les deux.

La grande aventure commençait... et nous ne le savions pas...

Nous voici devant le comptoir de la compagnie. Pesage des valises : la grosse ne posa pas de problèmes : 25 kg, une étiquette « heavy » accrochée à sa poignée, et la voilà partie.

La seconde valise, celle que nous devions emmener avec nous en cabine , se présente sur la balance et la mine renfrognée de la responsable m'indique immédiatement qu'il y a un problème, mais lequel ? La valise affiche un poids de 10,5 kg. Je me dis que nous sommes deux, donc que nous avons droit à plus que cela. Mais la responsable me fait comprendre que la valise est trop lourde. Plus je montrais que nous étions deux, plus elle me désignait les 10,5 kg. Je crus comprendre que le poids ne devait pas dépasser 7 kg.

Elle pesa alors le sac qui ne faisait que 3,5 kg. Bon. Et alors ? Que fait-on dans ce cas ? lui dis-je. Elle me répondit : « I don't know... » ce qui ne me rassura pas... Si elle ne savait pas quoi faire, qui le saurait ?

Je crus alors comprendre en voyant ses gestes (très utiles, les gestes...)  que je devais enlever le surplus de la valise pour le fourrer dans le sac... Il fallait bien obtempérer car sa détermination était entière. Nous ne passerions pas si la valise restait à ce poids... Vous comprenez que c'est parfaitement ridicule... puisqu'une fois rendus dans l'avion, le poids total de nos sacs serait le même... Mais ne cherchons pas à comprendre... car 10,5 + 3,5 = 8 + 6...

Me voilà donc qui me mets à enlever des affaires de la valise pour les placer dans les deux autres sacs, un peu n'importe comment... tandis que derrière moi la queue s'allongeait... dans un calme... australien... Sur la bascule, le poids descendait doucement : 10 kg... 9,5 kg... 9 kg... 8,5 kg... 8 kg...

A ce moment, ma tortionnaire me fit signe que cela suffisait... Ouf ! Ainsi délestée, la valise put obtenir son sésame lui permettant de passer, et nous avec...

Janine avait obtenu de se faire véhiculer sur un fauteuil roulant, le pousseur nous amena alors dans le « loundge », la salle d'attente de la classe affaire. Là, dans un confort feutré, où les pas s'enfonçaient dans de profonds tapis, on pouvait se restaurer aux frais de la compagnie Qantas qui partageait notre avion avec Viet Nam Airlines. Un copieux buffet tendait les bras... si je puis dire... aux clients qui avaient à leur disposition tout à gogo, nourriture, vins, liqueurs, café, thé, etc... Nous nous satisfîmes d'un café avec des croissants... Nous reprenions des forces, et nous en avions besoin pour la suite des opérations, mais ne le savions pas...

Trois quarts d'heure avant le départ, notre « véhiculeur » vint pendre livraison de ses deux clients... et nous conduisit à l'avion. Nous passâmes tous les contrôles avant tout le monde, nous avions notre sésame : le fauteuil roulant.

Aussi je veux vous dire une chose : si vous voyagez, faites-vous véhiculer en fauteuil roulant : vous n'attendrez nulle part, vous passerez devant tout le monde...

Nous voici enfin installés dans l'avion. Le grand voyage pouvait commencer...

Oui, il pouvait commencer... mais il ne commença pas... du moins, pas comme prévu...

Pourtant à l'heure dite notre avion recula de sa place et se mit à rouler doucement pour rejoindre la piste d'envol.

Mais au bout de quelques minutes, il s'arrêta. Il était alors environ 11 h 35.

Persuadés qu'il allait repartir, nous ne prêtions qu'une attention modérée à cela.

Soudain, Janine aperçut un grand escalier roulant, un de ceux utilisés pour monter et descendre des avions. Il se plaça contre la porte d'entrée, elle s'ouvrit et nous vîmes monter des gens portant un gilet jaune fluo sur lequel était marqué « ingeniering »...

Ils entrèrent dans la cabine de pilotage. Un détail à régler... pensions-nous...

Deux heures plus tard, nous étions toujours immobilisés... Le détail était … grave...

Vers 2 h, on nous demanda de descendre avec nos bagages... afin de prendre un « lunch »... ce que nous fîmes après avoir reçu chacun un bon de 20 dollars pour se sustenter...

Attente au milieu de tous les passagers. Le vol était prévu sur les panneaux, puis régulièrement retardé de deux heures... Il était alors 5 h, nous envisagions sérieusement de passer la nuit sur place... Vers 6 h 30, on nous fit rembarquer.

Et c'est ainsi que l'avion qui devait décoller à 11 h 35 quitta finalement le sol à 7 h 17 pm...

Notre correspondance à Hanoï était compromise... pensions-nous...

Comme nous avions raison de le penser ! ! !

 

( à suivre...)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Christian 12/03/2012 21:54

Bienvenue ! que de péripéties et nous restons en plein suspense... Mais cela n'a rien à voir avec ce que vous avez dû traverser... Profitez bien ici de la belle semaine de printemps qui s'annonce
plaisante ces jours-ci (après vos canicules australiennes). A+

Présentation

Recherche

Liens