Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 14:07

 

Voici une histoire extraite de mon dernier livre "Les contes populaires du Maine et de l'Anjou" paru récemment aux éditions CPE de Romorantin.

C'est une histoire que m'a racontée Marcel Delaurière, originaire de la Mayenne. Je ne résiste pas au plaisir de vous en faire profiter...


C'est Théophile qui parle....

 

« Je dors habituellement bouche bée sans me réveiller de la nuit. En hiver je fais quasiment le tour du cadran. Et puis jamais je ne rêve...

Mais l'autre soir, v' là-ti pas que j'étais à Rome. Je me trouvais un peu perdu sur une grande place, comme qui dirait le champ de foire de not' commeune... mais en ben pus grand...

Je trouvai là la père Rondeau qui m' dit « bonjour Théophile »... « Bonjour père Rondeau » que j' li répondis. Puis y m'indiqua où qu'était le presbytère de notre saint père le pape.

-C'est pas bien loin, qu'y m' dit comme çà, à deux portées de fusil. Tu vois la grille, et puis le perron, eh ben c'est là !

J'allai donc frapper à sa porte.

-Entrez, que me dit le saint père. Tiens, bonjour Théophile, prends donc une chaise et puis assieds-toi.

-Je ne suis pas fatigué, que j' li ai dit...

Mais je m'assis tout de même passe que j' voulais pas le contrarier. C'était le pape quand même !...

-Et ton oncle Polyte, qu'y continue, y boit-ti core ?

-Oh ! Bien moins, très saint père...

-Et toi, Théophile, qu'y me dit en me regardant du coin des yeux ?

-J'en prends plus que dans mon café, que j'y dis. Et puis, elle est naturelle, c'est chez nous qu'on la fait, dans nout' chaudière. C'est Polyte qui bouille...

-Et la tante Mélie ?

-Eh ben, elle n'est pas grosse depuis qu'elle s'est démanchée l'année dernière au moment de la fenaison. On l'a menée chez le médecin qui 'a dit « ce s' ra long, Théophile, ce s' ra long passe qu'elle est pesante ! »

Depuis ce temps-là, elle se frotte les mollets avec un onguent qui coûte cher et qui sent d'excès fort. Elle se frotte mais elle elle ne marche point.

Pendant ce temps-là, not' saint père avait mis deux grands verres sur la table et pis il avait apporté de la belle eau de vie. Hulô ! De l'eau de vie colorée comme du vin. Comme y s'apprêtait à m' verser dans l'e verre, j'y dis que je n'en veux que pour mouiller l' zyeux du verre histouère d'y goûter.

-Elle est douce comme une fourmi à genoux, qu'y me dit, une eau de vie de pape... Tu peux en boire tant que tu voudras ; elle n'est pas forte, elle ne pèse que 26 car c'est de la très vieille... et cela explique qu'elle soit doucieuse ; elle vient du Pays d'Auge, pays réputé pour sa bonne goutte... A propos, puisque t'en prends plus que dans ton café, en veux-tu pour deux sous ?

-Ma foi, si ça n' dérange personne, moi je ne dis pas non.

-Victorine, qu'y dit à sa servante, y a-ti du café d' chaud ?

-Ça va pas être long, saint père !

Mais v' là que durant que le café chauffait, j'entendis le Polyte qui criait :

-Lève-toi vite Théophile, j' cré ben qu' tes viaux sont passés dans le carabin au gars Zidore !

Si bien que je me réveillai avant que le café fut chaud... J'aurais tout de même ben fait de boire ma goutte tout sec ! »

 

Allez, à plus !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens