Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 08:19

 

 

....Mais il existe, ce département !... Auriez-vous l'intention d’enfoncer... une porte ouverte ? ....

Non ... Je veux dire que Le Havre voulait créer voici deux siècles un département dont il aurait été le chef-lieu, en face de la Seine-Inférieure de Rouen. Rivalité entre les deux métropoles normandes....

Lors de la création des départements par l’Assemblée Constituante, la ville du Havre avait présenté le projet de création d'un département de Seine-Maritime comprenant la frange maritime du département actuel. Mais Rouen ne se laissa pas faire. Ajoutons que la position excentrique du Havre par rapport au reste de la Haute Normandie ne favorisa pas cette demande. Le département de Seine-Inférieure vit donc le jour avec Rouen comme préfecture.

Le temps passa. L'idée semblait avoir été abandonnée. Elle attendait son heure ! A la fin du Second empire, l’idée républicaine fait son chemin au Havre, grâce notamment à l'élection à la députation de Jules Lecesne en 1869 et l'arrivée au gouvernement d'Emile Ollivier, ancien républicain pour le moment rallié à l'Empire. La Chambre de Commerce du Havre, voulant se dégager de la tutelle rouennaise, en profita pour demander « la création d'un département de la Seine-Maritime ayant Le Havre pour chef-lieu ».

La municipalité soutient le projet, malgré la crainte de dépenses nouvelles. L'affaire a toutes les chances de réussir, lorsque survient la funeste guerre de 1870 ... Envolés les espoirs ? Non ! Le député Lecesne est ami de Gambetta, chef du gouvernement de Défense Nationale. Un décret est rédigé, et même signé. il officialise la transformation de l'ancien arrondissement du Havre en département de Seine-Maritime ! C'est gagné ? … Non ! Le décret n'est pas daté, et les Prussiens assiègent Paris. A quoi tiennent les choses !… La paix revenue, on a oublié le décret ...

En 1879, le creusement du canal de Tancarville est prévu, mais Rouen met des bâtons dans les roues … C'en est trop ! L'affaire repart. Tous s'y mettent : Chambre de Commerce, Conseil municipal, élus, opinion publique. La presse s'en mêle. Des pétitions demandant la séparation avec Rouen circulent. Gambetta appuie le projet.

Et Rouen pendant ce temps ? Va-t-elle laisser faire sans réagir ? Non ! Des pétitions rouennaises répondent aux pétitions havraises. Elles mettent le doigt sur le coût de l'opération. La majorité des élus du département sont aussi de cet avis, y compris dans l'arrondissement du Havre où des villes comme Bolbec et Fécamp ne sont pas ravies de changer de département…

Le gouvernement qui était réservé en profite pour mettre un point final à l'affaire par une décision digne de Salomon. On donnera au Havre le canal qu'il voulait, mais pas la préfecture ! La Seine restera Inférieure !

L'idée ressurgira de temps en temps, sans succès.

Ironie du sort, en 1955 Rouen prendra le nom tant convoité pour débaptiser le département (comme d'autres départements où l'on voulait chasser tout ce qui était inférieur...) et l’appeler Seine-Maritime.

L’affaire était définitivement close !…

GN

(D'après les renseignements fournis par « Histoire du Havre » )

(paru dans l'almanach du Normand)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens