Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 08:50

 

Texte paru dans l'almanach du Normand il y a un certain temps...

 

 

J’emploie le conditionnel, c’est plus prudent……Mais on le dit. Pourquoi pas ? Voyons donc ce qu’il en est.

Forges les eaux, à une quarantaine de kilomètres de Rouen, où naissent l’Andelle et l’Epte. Un endroit charmant. En 1573, le pays était plus boisé que de nos jours. Monsieur de Varennes, chevalier des ordres du roi, chassait dans la région. Au soir d’une rude journée, il s’arrêta fourbu et se pencha sur un ruisseau pour boire. Il trouva à cette eau un goût de fer qui, comme chacun sait, combat l’anémie. Il revint donc puiser de cette eau bénéfique.

L’histoire est aussi jolie que celle d’Hugues de Tessé et des eaux Bagnoles. Elle est peut-être vraie…..On raconte aussi que c’est un pharmacien de Henri II, Julien le Paulmier, qui aurait découvert les vertus ce cette eau, notamment contre l’hydropisie. Mais les guerres de Religion allaient porter un coup fatal à ces sources. On avait alors d’autres chats à fouetter que de venir se soigner à Forges !…..

La paix revenue grâce au bon roi Henri IV, un pharmacien de Gisors, Pierre de Grousset, qui n’avait pas oublié cette eau et ses qualités, publia une brochure pour en vanter les mérites. Une eau qui guérissait les calculs dans les reins, la colique. Une eau qui savait “ rafraîchir les entrailles et fortifier l’estomac. ” Une eau miracle en quelque sorte…..

Mais c’est bien la venue de Louis XIII, d’Anne d’Autriche et de leur ministre Richelieu qui a "lancé" cette station thermale. Le roi souffrait du mésentère. Il était triste et taciturne. Était-ce la perspective de ne pas avoir d’héritier, ce qui aurait offert la couronne à son frère Gaston, qui le chagrinait ? La reine en souffrait certainement mais semblait en avoir fait son deuil. Richelieu était plein d’attentions pour sa vessie. Bref, les trois plus importants personnages du royaume n’étaient pas très en forme en arrivant à Forges. Les médecins royaux, Bouvard et non pas Pécuchet… mais Cousinot, avaient conseillé les eaux ferrugineuses de Forges, plus proches certainement de Paris que celles des Pyrénées.

La reine devait suivre un régime sévère, quoique étonnant. Il lui fallait “ se promener d’abord un quart d’heure, s’acheminer vers la fontaine, boire un verre de la contenance ordinaire, mâcher quelques fruits confits et boire de sept en sept minutes. Une fois qu’on avait bu la quantité nécessaire, on devait se promener lentement, s’en retourner au logis où, si l’on avait froid, se réchauffer au feu allumé pour cet usage. ”

Une chose essentielle : il ne fallait pas s’endormir le jour et veiller trop tard le soir. Repos absolu. Coucher à 9 heures du soir, et s’endormir sans fatiguer ni le corps ni l’esprit. Pour une femme qui venait en cure pour pouvoir donner un héritier à la couronne, la recommandation peut surprendre.…..

En réalité, le reine n’était pas stérile. Elle avait fait une fausse couche onze ans plus tôt. Depuis, comme rien ne venait, on en avait conclu qu’elle était stérile. En fait, il aurait fallu que le roi et la reine se rencontrassent plus souvent…..Mais le roi n’était pas très porté sur la question, et la reine ne faisait rien pour favoriser les rapprochements…bénéfiques. Ils étaient mariés depuis 23 ans et semblaient s’accommoder de cet état de fait. Et voilà soudain Forges !…..

Bref ! Peu après le retour de Forges, voici la reine enceinte. Miracle ! Non, les eaux de Forges ! Le roi quant à lui avait retrouvé une meilleure santé. “ Il put même retourner voir voler les perdreaux, ce qui était un de ses plaisirs favoris. ” Plaisirs simples on le voit. Bref, neuf mois plus tard, Louis futur quatorzième naissait. Nous étions en 1638. La joie fut générale dans le royaume, tous s’en réjouirent….sauf Gaston….le tonton…..qui voyait s’envoler ses espoirs d’être roi un jour. Louis XIII prit-il goût à la chose ?…..Toujours est-il qu’en 1640 naissait Philippe, second fils d’Anne et de Louis. Le masque de fer n’est donc pas le jumeau de Louis XIV…..comme l’a si bien raconté Dumas.

Alors ici je soulève un point…délicat. Louis XIII est-il le père de Louis XIV ?….Car les eaux de Forges (comme d’ailleurs celles des autres stations) ont bon dos, si je puis me permettre cette expression familière. Nombreuses sont les femmes qui sont revenues de cure dans une position dite “intéressante”, alors que leur mari ne les accompagnait pas. Ou s’il les accompagnait, il ne participait pas au traitement à base d’eau. Il en dispensait un autre plus….enfin moins….bref plus direct et plus efficace.

Pour en revenir à Louis XIII, il faut déjà avouer qu’il ressemblait bien peu à son père Henri IV. Comment donc un roi aussi refermé, froid, sévère, a pu engendrer un fils aussi flamboyant, aussi majestueux que Louis XIV ?….Je me garderai bien de trancher car rien n’est mois sûr que l’incertain… comme disait mon regretté ami Pierre Dac...

Et pour revenir à Forges, il est bien évident que cette ville n’engendrait pas la mélancolie. Voltaire écrira : “ Les eaux de Forges étaient le dernier remède à la mode, l’espoir de celles qui étaient jolies, le théâtre des grandes faiseuses, le salon d’été de la bonne compagnie, l’hôpital le plus plaisant qu’il fût. Les malades y étaient d’ordinaire le mieux portants du monde. ”

Après le passage des trois personnalités citées au début, on nommera les trois sources la Royale, la Reinette et la Cardinale. On aura compris. On y verra d’autres grands de ce monde, comme Madame de Sévigné, Saint-Simon, Buffon, Marivaux, Napoléon 1er  etc…...

Des mauvaises langues affirmeront que seuls les malades “ bien portants ” étaient guéris à Forges……Il en est ainsi de toutes les cures……Actuellement, il existe encore des sceptiques qui vous disent : si ça ne vous fait pas de bien, ça ne peut pas vous faire de mal…

 

( à plus...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens