Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 09:05

 

Il eut à peine le temps de réaliser ce qui lui arrivait, son père s'était jeté sur lui.

- Tu es reçu ! Tu es reçu !

- Quoi ? Reçu ? répondit le jeune homme, qui ne comprenait rien et croyait encore rêver.

Sa mère avait suivi, et regardait son mari avec inquiétude. Serait-il soudain devenu fou ? Elle l'avait vu passer tout excité dans l'escalier en criant : Hervé est reçu ! Elle crut que l'échec de son fils lui avait fait perdre la tête. Il semblait absent depuis ce fameux soir du retour. Comment pouvait-il être reçu puisqu'il affirmait être collé ?

Il s'assit sur le lit, réalisant que son attitude pouvait surprendre.

- Je vais vous expliquer, dit-il, reprenant son souffle. Voici cinq minutes, j'ai reçu un coup de téléphone du professeur d'Hervé. Il venait d'appeler l'Inspection Académique pour une autre raison, lorsque son interlocuteur lui dit :

- Ah ! Tiens ! J'y pense ! Vous êtes le lycée Mathurin Méheut........ Justement, ça tombe bien ! Nous avons un élève de chez vous................ Voyons, comment s'appelle-t-il déjà ? (bruits de papiers) Ah oui ! Hervé Baudoire ! C'est cela. Eh bien.......c'est un oubli ! Oui....Il a été oublié si vous préférez ! Il a été déclaré collé….En fait, il est reçu ! Oui…..Reçu !….Que voulez-vous, l’erreur est humaine !…..Pouvez-vous le prévenir ?

Le père était tout excité. Il s’arrêta un moment.

- Et c'est ainsi, continua le père, que tu es reçu ! Je me disais aussi.....Ce n'est pas possible qu'il ait échoué deux années de suite. Il devait y avoir une erreur !

Hervé avait écouté ces explications avec intérêt. Reçu ! L'incroyable était arrivé. S'il s'attendait à ce retournement de situation !

- Bon ! Ne perdons pas de temps ! fit-il. Il va falloir que je prépare l'oral maintenant ! C’est peut-être dans peu de jours.

- L'oral......reprit son père. Je savais bien que j'oubliais quelque chose ! Tu le passes demain !

- Demain ? cria Hervé en sautant hors du lit. Demain ? Cela ne me laisse pas beaucoup de temps pour les révisions !

Evidemment, depuis son retour, il n'avait pas ouvert ses livres. A quoi bon ! A cette époque, seuls les admissibles à l'écrit devaient passer l'oral. Ce n'était pas son cas.

- Il ne faudrait pas que j'échoue maintenant à cause de cet oral ! Si j'avais été averti comme les autres, j'aurais pu travailler, me préparer ! En m'oubliant, "ils" ne m'ont pas favorisé !

- Justement, dit la mère, "ils" en tiendront certainement compte.

- Si tu crois cela ! Pas de sentiment dans ces cas-là ! Ne pense pas que je bénéficierai de faveurs de la part de ces messieurs !

- J'y pense ! s'écria soudain la mère...... Monsieur Lemoulant !

- C'est vrai ! reprit le père, Monsieur Lemoulant !

- Monsieur Lemoulant ? répondit en écho le nouveau reçu. Qui est-ce ?

- Tu sais bien ..... Ses parents tiennent un commerce sur le quai........ Il est professeur au lycée Jules Verne. Il pourra nous conseiller !

Hervé se souvint que des camarades lui avaient parlé d'un professeur d'une distraction exceptionnelle, habitant la même ville que lui. Un jour, sortant de son appartement pour se rendre au lycée, il aperçut un lacet de sa chaussure dénoué. Il posa sa serviette en cuir sur le trottoir et se baissa pour le lacer. Puis il se releva, saisit distraitement une poubelle malencontreusement placée à côté de son porte-documents, et s'en alla d'un pas décidé au lycée. Son entrée dans la cour, une boîte en fer blanc à la main à la place de sa serviette en maroquin rouge brun, eut un énorme succès ! On en parla longtemps. C'était sur lui que ses parents comptaient pour l'aider !

- Il est très gentil, continua sa mère. Il te dira comment faire.

- Va pour le professeur Nimbus .....enfin, pour Monsieur Lemoulant ! Au point où j'en suis, je n'ai pas le choix, et je n’ai plus rien à perdre !

Les parents Lemoulant, appelés par téléphone, indiquèrent que leur fils était justement là et qu'il se ferait un plaisir de l'aider de ses conseils. Hervé se rendit donc chez lui et se trouva devant un grand gaillard qui l'observait attentivement derrière de grosses lunettes d'écailles. Il raconta son histoire que son interlocuteur écouta avec une extrême attention.

- Bon ! fit-il lorsqu'il eut terminé. Il n'est plus question que tu mettes le nez dans les livres. C'est trop tard ! Lequel choisirais-tu ? Tu n'en sais rien ! Comme tu ne peux les revoir tous, n'en regarde aucun ! Aujourd'hui, détends-toi..... si tu le peux ! Je devine que ce doit pas être agréable de se trouver dans une telle situation......Ils pourraient quand même faire un peu plus attention ! Oublié ! Est-ce qu'on oublie un candidat reçu au Bac ? Je crois plutôt qu'ils ont fait une erreur dans l'addition de tes notes, et qu'ils s'en sont aperçus après. Estime-toi heureux qu'ils t'aient prévenu !

- Ils ne l'ont pas fait ! C'est mon professeur de philo qui l'a appris par hasard. S'il n'avait pas téléphoné, je me demande s'ils se seraient manifestés !

- Oh ! Je n'en suis pas sûr ! J'ai connu le cas d'un élève, collé comme toi, qui s'est rendu compte à la réception de ses notes qu'il avait le nombre de points suffisants, et même plus.

- Alors, il a été déclaré reçu ?

- Pas du tout ! Malgré ses réclamations, ainsi que celles de ses professeurs, on lui a dit que c'était "trop tard" ! Il aurait dû le signaler plus tôt.

- Plus tôt.....Comment aurait-il pu le savoir s’il n’avait pas connaissance de ses notes ? Ce n'est pas normal !

- Je ne te le fais pas dire ! Mais c'est ainsi : il n'y a rien eu à faire ! Collé il était, collé il est resté ! C'est pourquoi je te dis : estime-toi heureux !

- Vous croyez que ceux qui font les additions ont leur Bac ?

Le professeur éclata de rire.

- En attendant, rentre chez toi et repose-toi. Je connais les examinateurs. Demain, j'irai leur glisser deux mots. Je pourrai au moins leur demander de se pencher avec bienveillance sur ton cas, compte tenu des circonstances. Allez, sois confiant ! Le plus dur est fait !

Hervé rentra avec le sentiment qu'au contraire, le plus dur restait à faire ! Mais ce Monsieur Lemoulant était effectivement très compréhensif. Il parlerait aux examinateurs.

A cette idée, Hervé reprit espoir. Allons, rien n'était perdu ! Il avait eu de la chance jusqu'à présent : on s'était aperçu de l'erreur concernant ses notes, et son professeur avait providentiellement appelé l'Inspection Académique. La chance n'allait pas l'abandonner maintenant !

Il dormit peu, essayant malgré les conseils de réfléchir aux questions qu'on pourrait lui poser. Le lendemain, peu frais et moyennement dispos, il prit le car pour la ville. Il avait rendez-vous à 14 heures. La grande aiguille de la pendule centrale indiquait moins cinq lorsqu'il entra sous le porche, fébrile et un peu nerveux. De nombreux candidats se pressaient déjà dans la cour. Des listes avaient été placardées afin de fournir toutes les indications aux futurs bacheliers. Il remarqua son nom, ainsi que celui de deux autres, ajoutés à la main en bas d'une feuille tapée à la machine.

- Tiens ! se dit-il : des oubliés comme moi !

Il ne croyait pas si bien dire ! Ils étaient trois "oubliés", rattrapés en catastrophe par on ne sait quel miracle. Il aperçut dans un couloir son conseiller privé, qui s'approcha de lui et lui glissa quelques mots.

- J'ai parlé de vous aux examinateurs. Vous êtes trois dans ce cas. Ils sont conscients du préjudice que vous avez subi et prêts à se montrer indulgents. Si vous ne faites pas d'erreurs grossières, cela devrait bien se passer.

- Alea jacta est ! répondit-il.

Cette présence amicale et ces paroles encourageantes lui redonnèrent confiance. Il se présenta devant les différents examinateurs qui le questionnèrent avec compréhension, évitant de le pousser dans ses derniers retranchements. Sauf un ! Il n'avait donc pas été prévenu ? Il tortura le pauvre Hervé de questions insidieuses.

- Mais enfin, mon jeune ami, fit-il au bout d'un moment, qu'avez-vous donc fait entre l'écrit et l'oral ? Rien...... évidemment !

Allait-il échouer à cause de ce professeur insensible ? Il chercha des yeux son sauveur, mais ne le vit pas. Par contre, l'examinateur voisin s'était rendu compte de la situation. Il s'approcha et chuchota quelques mots à l'oreille de son collègue.

- Eh bien, continua ce dernier après cet intermède, j'en apprends de belles ! J'ignorais que l'on pouvait oublier des élèves sur une liste........ Allez, je ne vous fais pas souffrir davantage ! Je vais vous mettre une note suffisante pour que vous ne soyez pas oublié une seconde fois !

Ouf ! Qui a dit que la justice n'était pas de ce monde ? La suite de l'oral se déroula convenablement. Hervé ne fut ni brillant, ni mauvais. Il se souvenait des paroles de son mentor : ne pas faire d'erreurs grossières. Il sut louvoyer entre ce qu'il savait, et ce qu'il avait oublié........

Les résultats se firent peu attendre. Il eut la satisfaction de relever son nom, tapé cette fois à la machine, sur la liste des reçus. Les deux autres "oubliés" se trouvaient dans son cas. Il reprit le car, plus serein qu'à l'aller. Son retour au logis fut plus calme........Son père ne l'accueillit pas par des grandes démonstrations de joie. Il était reçu, quoi de plus normal ? Il avait fait son travail. Faut-il féliciter sans arrêt celui qui accomplit sa tâche quotidienne ?

Le travail bien fait ne porte-t-il pas en lui-même sa meilleure récompense ?……

Néanmoins, une question taraudait l'esprit d'Hervé. Un jour, il demanda à son père :

- Je voudrais te demander une chose........Avais-tu vraiment l'intention de me placer mousse sur un bateau ?

- Toi ? répondit-il en éclatant de rire. Tu aurais fait un fameux mousse ! Non....C'était pour te faire réagir !

- Me faire réagir ?

- Bien sûr ! Je savais que cela ne te plaisait pas. Tu aurais tout fait pour ne pas être mousse !

- Oh ! Mais j'aurais eu de l'avenir ! On commence mousse, on peut finir amiral ! C'est un emploi..…prometteur ! Difficile de partir de plus bas ! On ne peut que monter ! Vraiment, je me demande si cela n'aurait pas été mieux pour moi ! Que vais-je faire maintenant ?

Son père ne riait plus. Il le regarda avec étonnement.

- Tu......Tu aurais préféré être mousse ?

Hervé allait répondre lorsque le réveil sonna. Il se réveilla tout étonné de se trouver dans son lit. Mais alors, il avait rêvé ?....Ce rêve paraissait si réel ! Il est vrai qu’aujourd’hui, il devait connaître les résultat du Bac qu’il avait passé voici quelques semaines. Ainsi, ce rêve le donnait collé d’abord, puis reçu ensuite ! Quelle histoire ! Et puis, cette histoire se passait dans un port du Finistère, lui qui habitait Port en Bessin ! La mer, c’est toujours la mer ! Mais il n’y a pas de langoustiers à Port !.....

Pourquoi avait-il rêvé cela ?....Il trouva une explication : aux grandes vacances dernières, il s’était rendu avec ses parents à Douarnenez où ils avaient passé une quinzaine. Il avait admiré les bateaux divers, dont les fameux langoustiers. Mais cela faisait presque un an ! Pourquoi cette histoire ressortait maintenant, justement le jour où il attendait ses résultats ?....

Il ne trouva aucune explication qui lui convienne. Il souffla bruyamment, se leva péniblement et se dirigea vers la cuisine où sa mère avait préparé le petit déjeuner.

- Tu as une drôle de tête !...fit-elle.

- Si tu savais d’où je viens !....

- D’où tu viens ?....Mais….de ton lit !

- Non ! Je viens tout droit….de Douarnenez !

La mère le regarda bizarrement.

- Tu te sens bien ?....

- Mais oui ! répondit-il en riant. J’ai rêvé tout simplement !

Il dut raconter son rêve.

- Eh bien, fit sa mère, quelle histoire ! Mais ce n’est qu’un rêve ! Espérons que le sort te sera plus favorable ! Dépêche-toi, tu dois être à Bayeux où les résultats sont affichés à 10 heures ! Il est bientôt 9 heures !

A 10 heures il était dans la cour du lycée, avec bien d’autres candidats comme lui. Il put lire son nom dans la liste des reçus : Hervé Baudoire.

Ouf !.....Ce maudit rêve lui avait fait peur ! Plus tard, il apprit qu’un camarade, déclaré collé, fut finalement rattrapé au dernier moment et reçu : une erreur !.....

- Au fond mon rêve, c’était un rêve prémonitoire…pour un autre ! »

 

Fin de l'histoire... à plus pour d'autres aventures tout aussi... saignantes...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens