Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:19

 

Il était une fois un petit trou, pas plus gros qu'une tête d'épingle. En grandissant, il restait toujours aussi petit. Cela le désespérait. Il voulait devenir un beau gros trou, comme son cousin, le Trou de la Sécu, dont il admirait la faculté de rester toujours aussi grand malgré les efforts déployés pour le boucher. Lui était vite rempli, et pourtant la vie ne le comblait pas.

- « C’est parce que je n'ai pas fait d'assez bonnes études, se disait-il pour se consoler.

C'était vrai : il éprouvait des difficultés à apprendre, ayant de fréquents trous de mémoire. Un bon trou doit retenir tout ce qui tombe dedans. Mais lui manquait de profondeur.

- Si j'avais vécu en ville, j'aurais eu plus de facilités. Hélas ! mes parents habitent un trou. Que voulez-vous faire dans un trou ? De plus, je suis un enfant trouvé, vivant dans un trou perdu. Comment m'en sortir ? Si je veux percer, je dois partir faire mon trou ailleurs.

Il rassembla ses quelques hardes trouées évidemment, lança son baluchon par-dessus son épaule et partit sur les chemins.

Il avançait le long d'une départementale, lorsqu'il aperçut un panneau de signalisation sur lequel il put lire : trous en formation.

- Voilà ce qu'il me faut ! fit-il ravi. Je vais pouvoir me former ! Il n'est jamais trop tard.

En regardant mieux, il aperçut effectivement sur la route des trous de toutes tailles, de toutes profondeurs, répartis sans ordre particulier. Manifestement, ils étaient en formation. Il profita d'un trou entre eux pour se placer au milieu de la chaussée.

- Ce n'est pas le meilleur endroit pensa-t-il, mais je pense pouvoir faire mon trou ici !

Au bout de quelques semaines, il était devenu un fort beau trou, capable de rivaliser avec les fondrières de la route. Un jour, arriva une petite cavité bien mignonne, et notre trou en tomba amoureux. Pourtant, elle avait parcouru un long chemin et ne se présentait pas à son avantage. Les yeux caves, le ventre creux, le regard vide, elle semblait au bord de l'abîme. Notre trou n'avait d'yeux que pour elle et commença à faire la route buissonnière. Ses résultats en pâtirent, il se laissa combler par un gros caillou qui était resté sur le pavé, lui qui aurait voulu l’être (comblé !) par sa dulcinée……Pour survivre, il dut utiliser ses moments libres comme bouche-trou afin de se faire quelques graviers de poche.

Mais la petite cavité n'était pas insensible à ses œillades, ayant percé son doux secret. Ils décidèrent de s'enfuir ensemble. Ils profitèrent d'un trou dans leur emploi du temps pour fausser compagnie aux autres. Ils s'envolèrent dans les nuages où, pensaient-ils, il n'y aurait que des trous d'air.

Hélas ! au détour d'une galaxie, ils tombèrent dans un trou noir et nul ne les revit plus jamais.

(A plus...)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens