Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 09:09

 

Après un long silence, Fougasse demanda timidement :

- Et….qu’est-ce que c’est la deuxième partie de l’opération ?….

- Chut !…..répondit Sigismond d’un air entendu. N’allons pas trop vite. Chaque chose en son temps…..D’abord, faites ce que je vous dis.

Il ne savait évidemment absolument rien de cette fameuse deuxième phase. Il avait lancé cela, suivant son inspiration. On verrait bien !…..

Dès la rentrée en classe, à peine les élèves assis, le maître s’adressa au malheureux Calusse en lui demandant d’une voix aimable de réciter la leçon. Ce dernier se leva, resta un moment muet, la bouche ouverte, comme un poisson qui se noie……Ses yeux cherchaient un réconfort. Il n’osait dire la fameuse phrase que lui avait indiquée Sigismond. Quand même, parler de thermomètre….alors que la leçon portait sur les Croisades…..Le maître le punirait ! Mais comme il ne savait pas le premier mot sur les Croisades, il serait puni de toutes façons. Alors, puni pour puni, il respira un bon coup et se lança, d’une voix d’abord hésitante, puis de plus en plus assurée.

- Le thermomètre…..est un….appareil qui sert à prendre la température !…..

- Tiens donc !….fit M. Laberlue avec un brin de surprise dans la voix. Et….je suppose que les Croisés avaient tous leur thermomètre personnel pour prendre la température…..Comme c’est intéressant !

Le maître n’avait pas réagi comme les conjurés le pensaient. Au lieu de se fâcher, il semblait s’amuser.

- Et…continua-t-il, leur chef, Monsieur Godefroy….c’est bien cela ?….plongea son thermomètre….dans son bouillon pour savoir s’il n’était pas trop chaud…..

La classe fut secouée d’un rire énorme. Calusse, debout, tel un navire au milieu de la tempête, se demandait bien quelle contenance prendre. Mais le maître, qui riait aussi fort que les autres, s’arrêta soudain et dit simplement : bon !

A ce mot, les rires se calmèrent. Il attendit un moment et dit :

- Mon bon Calusse, tu as voulu nous distraire un peu, nous t’en remercions. Mais je me vois obligé de te mettre zéro ! Et toi…fit-il à Dromard, que vas-tu nous dire d’intéressant ?….Car je suppose que tu ne sais pas davantage ta leçon ?….

Dérouté par la tournure que prenaient les événements, Dromard jugea inutile désormais de parler du thermomètre. Il fronça les yeux pour essayer d’attraper dans sa cervelle quelques bribes de la leçon qu’il avait lue une fois la veille avant de se coucher, juste pour dire qu’il l’avait vue…..

- Allons, fit le maître, je veux être bon prince, je vais t’aider un peu…..Pourquoi les Croisés avaient-ils une croix sur leur poitrine ?…..

Dromard réfléchit longuement…..Quel était le sens de cette croix ?….Il eut soudain une révélation. Mais oui….bien sûr….Ce devait être cela…..Cela ne pouvait être que cela ! Sinon, pourquoi auraient-ils tous une croix sur la poitrine ?….Je vous le demande !….Il dit donc de la voix de celui qui sait :

- ….Cette croix….c’était leur nom……Mais comme ils ne savaient pas écrire, ils mettaient une croix….

Alors là, c’est le maître qui fut surpris. Il s’attendait à une bêtise quelconque. Mais une telle réponse le remplit de joie.

- Mais mon petit Dromard, sais-tu que ce que tu dis est drôle ?….Très drôle ?….Aussi, pour cette réponse fausse, je te mets deux sur dix.

C’est Sigismond qui était mal à l’aise ! Les choses ne se déroulaient pas comme il le pensait. Il s’agitait sur son banc, si bien que M. Laberlue s’aperçut de quelque chose. Depuis quelques jours, il soupçonnait certains élèves de préparer…non une mutinerie, mais une agitation propre à perturber le bon déroulement de la classe. La confidence faite par le pion, M. Croquignolle, l’avait conforté dans son idée. Calusse qui savait sa leçon ! On allait bien voir !

Aussi lorsqu’il débita sa phrase sur le thermomètre, il comprit. Ces enfants voulaient se moquer de lui. Il était question de thermomètre….mais il ne comprenait pas la raison de l’engouement de certains de ses élèves pour cet instrument. Il changea donc de tactique, ce qui, on l’a vu, désorienta les conjurés. Il choisit l’humour plutôt que la colère. Les élèves sont toujours déroutés par l’humour….sans doute parce que leur jeune âge ne leur permet pas encore de le maîtriser complètement.

Il décida d’enfoncer le clou….je veux dire, le thermomètre. Il se tourna brusquement vers Sigismond et lui demanda:

- Qu’est-ce que le thermomètre ?….

Déconcerté par cette question, Sigismond se leva dans un rêve et répondit d’une voix blanche :

- Le thermomètre est un appareil qui sert à prendre la température……

- Oui…oui…oui….Mais…dis-moi….N’est-il pas un….instrument…plutôt qu’un appareil ?….N’est-ce pas ?….Bien sûr….Et il mesure la température……il ne la prend pas…C’est bien cela ?…..Mais puisque tu me sembles….bien connaître les thermomètres, et qu’ils ne doivent plus avoir aucun secret pour toi, dis-moi donc quelle propriété il utilise pour mesurer les températures…..

Aïe !……La situation se retournait contre lui ! Voilà maintenant que le thermomètre utilisait une propriété…..Il s’en moquait comme de ses premières bretelles, puisque son argumentation se basait sur un jeu de mot : mettre un terme au maître !…..Décidément, ce maître était un démon ! Le pauvre Sigismond resta donc désespérément muet. Le maître prit son air le plus aimable et dit doucement :

- Voyons….Réfléchis un peu….Qu’y a-t-il dans un thermomètre ?….

Ce qu’il y avait dans un thermomètre !…..Alors là !….Il n’avait jamais regardé de près. Il resta sans voix.

- Eh bien, continua gaiement le maître, je crois bien qu’il vous faut une bonne leçon sur cet instrument que vous semblez apprécier, mais dont vous ignorez totalement le fonctionnement !

Il s’arrêta un moment, comme pour réfléchir, puis continua :

- Voici ce que je vous propose. Laverdure, Dromard, Calusse, Fougasse, vous allez chercher de la documentation sur le thermomètre. Dans une semaine, disons vendredi prochain, vous nous ferez part du fruit de vos recherches. Je complèterai les lacunes s’il y en a. Si vous voulez bien, nous vous appellerons le groupe du….thermomètre !….Mais ne croyez pas ainsi mettre un terme….au maître !…..Et maintenant, revenons à nos moutons….c’est à dire aux Croisades !…..

A la sortie de l’école, les conjurés se retrouvèrent avant de rentrer chez eux. Sigismond semblait avoir reçu un coup de massue sur la tête. Il haussa les épaules d’un geste de découragement et dit ces simples mots :

- Il est trop fort pour nous !…..Il a même trouvé mon jeu de mots. Inutile d’insister. Chacun fait ce qu’il veut pour jeudi prochain. Pour ma part, je dissous l’association…..

Calusse tenta encore de plaisanter :

- Et une association à dix sous, c’est pas cher !…..

Mais cela sonnait creux. D’ailleurs, personne ne rit. Le vendredi suivant, toute la classe était impatiente d’entendre ce que diraient nos gaillards. Le maître aussi.

- Alors, Messieurs, fit-il, pouvez-nous nous exposer le fruit de vos réflexions sur le thermomètre ?….

Les gaillards baissaient la tête.

- Vous n’avez rien à nous proposer ?….continua le maître joyeusement.

Sigismond sentit que c’était à lui de répondre. Il avait prit la tête du mouvement de révolte. Il devait assumer. Même si cela lui coûtait. Il se leva lentement, se gratta la gorge et dit d’une voix douloureuse :

- Vous êtes le plus qualifié pour nous parler du thermomètre. Quant à nous, si nous avons voulu faire…..le mariole, nous déposons les armes et promettons d’essayer d’apprendre désormais nos leçons et faire tout notre possible pour bien travailler et ne pas être punis.

Il s’arrêta, épuisé comme s’il venait de courir le marathon……Un silence de mort suivit ces paroles. Le maître semblait surpris de cette issue, mais il ne laissa rien paraître et fit sobrement :

- Bien……Je prends note de ces bonnes résolutions. L’incident est clos. Continuons…. »

 

Je vous avais bien dit que c’était une fable !….

 

(à plus...)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens