Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 08:53

 

Une autre histoire extraite de "L'école de Monsieur Paul". Quelque chose de différent... Une fable...

Un désir secret pour des profs...????

 

 

Sigismond Laverdure trouva que la coupe était pleine. Encore puni !….Toujours puni !…..C’était à croire que le maître lui en voulait personnellement !

Ce mercredi soir, il rentrait chez lui triste et amer. Qu’avait-il donc fait pour mériter une telle punition ?…..Rien ! Enfin, une broutille !….Pas de quoi fouetter un chat !…..Il avait secoué chiffon de craie sur le chapeau noir et la redingote de même couleur que le maître accrochait soigneusement à un portemanteau dans un coin de la classe. Il l’avait fait exprès bien sûr…..mais avait prétendu que c’était une erreur…..un accident. Ce ne fut pas du goût du maître qui aurait mille misères pour nettoyer ces vêtements. La poussière de craie, ça accroche bien !….

D’ailleurs, il n’était pas le seul à se plaindre des méfaits de ce maître trop autoritaire. On pouvait quand même s’amuser un peu !…..Oui, mais pas aux dépens de Monsieur Onésime Laberlue, instituteur du CM2 de l’école Arsène Lupin de la commune d’Etretat.

Le lendemain étant un jeudi, Sigismond eut tout le loisir de ruminer sa vengeance. Car il n’allait pas en rester là ! On verrait bien qui aurait le dernier mot : Sigismond….ou Onésime !….David contre Goliath……Cette idée lui plut.

Il revint donc à l’école le vendredi, des idées plein la tête. A la récréation, il attira le groupe des éternels punis derrière les cabinets et leur tint ce langage viril :

- « Cela suffit !…Y en a marre !…..Y nous ennuie à la fin !….Et qu’est-ce qu’on a fait pour mériter cet acharnement ?….Rien !…..Rien !…..Ou presque….Des bêtises…..Des bricoles…..Toi, Dromard, tu lui as mis des escargots dans sa poche…..Quand il a voulu écrire au tableau, il a sorti un de ces gastéropodes au lieu du morceau de craie attendu. Il a barbouillé le tableau. C’est drôle, non ?…..Toi, Calusse, tu as versé de l’eau de javel dans la bouteille d’encre. Quand on a rempli les encriers et qu’on a voulu écrire sur le cahier…..c’était plutôt de l’encre sympathique, invisible !…..On a bien ri !….Mais lui, non ! Et non seulement il n’a pas ri, malgré que ce soit très drôle, mais comme tu n’as pas voulu te dénoncer, il a puni toute la classe ! Toi, Fougasse, tu es entré en classe un peu avant les autres et tu as mélangé les numéros des exercices qu’Onésime nous avait marqués au tableau. Quand il a fallu travailler, aucune page ne correspondait, c’était la pagaille la plus complète. Encore une fois, on a été tous punis ! Et je ne parle pas de moi !….Pour quelques grains de poussière de craie sur son galurin…..Bref, cela ne peut plus durer !

Un murmure approbateur se fit entendre.

- Qu’allons-nous faire ?…..demanda timidement l’un des présents. Il sera toujours le plus fort !…..

- Pas si nous savons nous organiser !…..dit Sigismond d’une voix assurée. C’est pourquoi je vous propose de créer une association des mécontents.

Il parcourut du regard les visages qui le regardaient d’un air interrogateur.

- Oui, une association….J’y ai pensé hier toute la journée.

- Il faut lui trouver un nom……

- J’y ai pensé aussi…..Il ne faut pas que l’énoncé de ce nom donne des soupçons à Onésime, si par mégarde il l’apprend. Il doit le trouver sans aucun rapport avec notre activité secrète. Notre but sera de lutter contre l’ennemi commun, de lui faire toutes les farces possibles, pour qu’à la fin, vaincu par notre ténacité, il s’en aille exercer ailleurs !

Si personne n’applaudit, c’est que cela aurait attiré l’attention sur le groupe des conjurés.

- C’est pourquoi, poursuivit Sigismond, nous appellerons notre groupe le thermomètre !…..Un nom passe-partout….anonyme…….anodin. S’il est découvert, personne ne soupçonnera ce qu’il cache.

Les conspirateurs avaient l’air déçus. Ils auraient préféré le poignard….le glaive….ou même la main noire……Mais le thermomètre…..Quoi de plus inoffensif qu’un thermomètre !….

- Vous vous demandez sans doute pourquoi ce nom….continua celui qui parlait comme un chef. Eh bien….d’abord, un thermomètre, ça prend la température…..Nous aussi nous prendrons la température de la situation, nous jugerons quand et où il faudra agir…..Et puis, et surtout…..

Il s’arrêta pour ménager ses effets, et termina sa phrase en martelant les mots :

- Parce qu’il faut mettre un terme au maître !……

Des cris d’enthousiasme saluèrent cette brillante sortie, si bien que la tête hirsute de M. Croquignolle, le surveillant de cour, apparut derrière le cabinet des maîtres.

- Que se passe-t-il ici ?…..demanda-t-il d’une voix doucereuse.

Sigismond ne s’attendait pas à l’intrusion du pion dans ses affaires. Pris de court, il répondit :

- M’sieu….On se récite nos leçons pour bien les savoir….Et Calusse a répondu sans se tromper. Alors, on a tous….applaudi !…..

- Oh Mais c’est très bien mes enfants !…..Je m’en vais annoncer la bonne nouvelle à M. Laberlue. Il ne manquera pas de vérifier afin que toute la classe applaudisse ce bon Calusse !…..

Ce dernier lança un regard noir vers Sigismond qui, le pion parti, haussa les bras d’un geste d’impuissance.

- Comme d’habitude tu ne la sais pas…. fit Dromard. Il ne te reste plus qu’à l’apprendre, cette leçon !

- Pas le temps répondit Calusse. Mais si tu la sais, dis-la moi, afin que j’en aie au moins quelques notions…

- Hélas !…Je ne la connais pas plus que toi !…..

- Alors, je vais encore me payer une bonne punition !….fit Calusse d’un air résigné.

Sigismond sentit le moral de ses troupes fléchir. Il fallait sans tarder reprendre la situation en mains.

- J’ai une idée ! Tu n’as plus rien à perdre, Calusse. Tu seras puni de toutes façons. Alors, c’est le moment de mettre en pratique nos bonnes résolutions. Place au Thermomètre. Ecoutez-moi bien tous. Toi d’abord Calusse, puisque tu auras l’honneur d’être le premier. Lorsque le maître t’interrogera, tu répondras de ta voix la plus naturelle : le thermomètre est un appareil qui sert à prendre la température !….Cela n’aura rien à voir avec ce qu’il te demande : c’est exprès ! Et vous, chaque fois qu’on vous questionnera et que vous ignorerez la réponse, vous direz la même phrase. Elle paraîtra bizarre à Onésime, et cela le rendra perplexe !….Il se demandera ce que vient faire un thermomètre en histoire….ou en géo, ou….ailleurs !

Il s’arrêta pour laisser à ses paroles le temps de bien pénétrer dans les cervelles de ses camarades. Puis il continua :

- Ce n’est pas en nous opposant ouvertement que nous arriverons. A ce jeu-là, nous ne sommes pas les plus forts. Si nous répondons toujours la même chose : le thermomètre…etc…, il se demandera ce que cela signifie. Il se posera des questions. Il doutera peut-être. Alors, nous passerons à la deuxième partie de l’opération…..

(à suivre car l'histoire n'est pas terminée...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens