Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 08:49

 

Passons maintenant aux choses sérieuses...Voici un texte que j'ai écrit il y a une quinzaine d'années, toujours d'actualité...

     

  (Vous croyez que c'est possible ?... Diable !...)

 

Un jour le diable décida de redescendre sur la Terre en inspection. Cela faisait bien longtemps qu'il n'y avait mis les pieds ! Son dernier interlocuteur terrestre était un certain docteur Faust... Il venait d'y envoyer ses diablotins qui lui avaient rendu compte de la situation : elle se dégradait à tous les niveaux…..ce qui n’était pas pour lui déplaire. Il pensa qu'ils exagéraient et voulut voir par lui-même. C'était trop beau pour être vrai.

Il laissa ses pattes de bouc, ses sabots fourchus, son front cornu. Il revêtit un costume du meilleur goût, pochette au vent, canne à pommeau d'ivoire, chaussa des escarpins vernis et se coiffa d'un feutre taupé. Il avait vraiment l'air d'un beau diable.

- « C'est trop, se dit-il. Ce n'est pas le meilleur moyen de passer inaperçu !

Il enfila donc des vêtements plus grossiers : pantalon de velours côtelé, veste de gros drap, casquette paysanne et chaussures rustiques. Il avait l'air d'un pauvre diable.

- Ça ne va pas non plus ! fit-il en se regardant dans un miroir aux alouettes.

Il s'assit sur une grosse braise bien rougeoyante et ferma les yeux pour mieux réfléchir.

- Je ne veux pas être remarqué, cela fausserait tout. Je désire me fondre dans le genre humain........Me fondre comme un tison bien rouge dans des flammes torrides .... Voilà la solution : je vais prendre l'apparence d'une personne quelconque. Ainsi je pourrai tout voir.... sans être vu. Voyons, qui vais-je choisir ? Un acteur de cinéma ? Non, le milieu qu'ils fréquentent est trop réduit. Un écrivain ? Hé ! Hé ! Je pourrais influencer ses écrits…... Mais c'est risqué : les écrits restent. On pourrait soupçonner quelque chose. Un journaliste ? Pourquoi pas ! Il paraît qu'ils s'octroient une place de plus en plus importante. Il faut les observer à la télévision : ils se prennent pour les vraies vedettes. Il savent au bon moment souffler sur les braises pour ranimer un débat qui ronronne en lançant une pique à l’un ou à l’autre, et n'ont pas leur pareil pour donner mauvaise conscience à leur interlocuteur. J'aime cela ! Les jeteurs d’huile sur le feu, j'adore !

En prononçant ces mots, ses yeux ressemblaient plus à des braises chauffées à blanc qu’à des boules de loto……Il continua donc.

- Mais je préférerais dans un premier temps quelqu’un qui soit dans les affaires, sans y être, qui participe aux décisions sans engager sa parole, qui soit responsable, mais pas coupable en quelque sorte....quelqu'un qui veut mais ne peut pas, ou peut mais ne veut pas....un individu dont la bonne volonté apparente ne doit pas être mise en doute, qui avance d'un pas en reculant de deux...... un personnage public, qui renaît de ses cendres tel l'oiseau Phénix chaque fois qu'on le croit fini.....J’ai trouvé : il n'existe qu'une personne qui réponde à cette description : l'homme politique bien sûr ! Il sera si j'ose dire une cachette idéale..... Il ne me reste plus qu'à en trouver un; ce ne doit pas être difficile, je n'ai que l'embarras du choix ! Allons, au travail !

Le lendemain matin, vers 6 heures, le diable se glissa avec volupté dans la peau d'un député peu connu de la majorité, un de ceux qui votent comme son parti le demande sans se poser de questions. Là, bien au chaud, il attendit que le réveil sonne. A l'heure dite, Monsieur le député se leva, s'habilla, et après s'être restauré rapidement, sortit de son appartement pour se rendre à la Chambre, sans rien remarquer.

- Intéressant, nota le diable : ils passent la nuit dans une chambre, et la journée dans une autre.... Le costume n'est pas le même... Bon ! Voyons la suite.

On était en pleine session parlementaire. Le diable participa aux débats, par personne interposée bien sûr ! Personne ne nota rien de particulier dans le comportement du député. Le diable savait se faire oublier, il était là pour observer, pas pour agir. Pour le moment ! Au bout de quinze jours, il connaissait toutes les vicissitudes de la vie politique.

- C'est simple, se dit-il : tout est faux : faux-semblants, faux fuyants, fausses promesses, fausses factures, faux airs, faux accords, faux problèmes, fausses déclarations, faux passeports, faux frais, faux frères, faux programmes, et même parfois faux électeurs………Quand ils prennent la peine de se déplacer, les gens votent n’importe comment. Ils votent pour l'un parce qu'ils ne veulent surtout pas voter pour l'autre...... Quel embrouillamini ! Et nos braves députés acceptent ces voix qui ne leur étaient pas destinées…..en s’en vantant ! Je me demande ce que je pourrais bien leur apprendre de plus ! Les uns semblent s'entendre et se font des sourires convenus, en réalité ils se détestent. Les autres ne défendent qu'un seul intérêt : le leur. Telles formations paraissent s'accorder sur tous les points, en fait elles divergent complètement. Ils ne s'entendent parfois pas du tout à l'intérieur du même parti ! Comment s’appelle donc leur chanson préférée ?…..Ah oui ! "Je t’aime, moi non plus !"……Tout cela est parfait, je dirais même diaboliquement parfait !……

(à suivre...)

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens