Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 17:43

A la demande générale... enfin... presque... voici quelques éléments concernant la célèbre tapisserie de Bayeux. Extrait de l'almanach du Normand 2009... par votre serviteur...

 


On a longtemps cru que la célèbre Tapisserie de Bayeux avait été brodée par la reine Mathilde, femme de Guillaume le Conquérant, avec ses dames de compagnie. Pendant que son époux guerroyait ou administrait les pays qu'il avait conquis, elle s'employait à trouver quelque plaisir en racontant de ses mains les exploits les plus éclatants de son mari duc et roi. Elle compensait ainsi la tristesse de son absence en se donnant l'impression qu'elle était en pensée avec lui.

On croyait encore à cette attendrissante légende en 1931. Mme Turrillot avait alors publié une « Histoire de Guillaume le Conquérant». Sur la couverture, on voyait la reine Mathilde tirer l'aiguille, entourée de ses dames d'honneur.

Remettons donc les choses à leur place. D'abord, il s'agit d'une broderie de fils de laine sur une toile de lin, plus que d'une tapisserie. On devrait donc l'appeler la Broderie de Bayeux. Mais l'usage en a fait la Tapisserie de Bayeux. Nous nous y conformerons donc. Elle avait été commandée par Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère de Guillaume (fils d'Arlette comme Guillaume, et de Herluin de Conteville son premier époux, le duc Robert de Normandie ne s'étant pas marié avec Arlette...).

 

D'autre part, il a été démontré que la tapisserie a été réalisée en Angleterre par les religieuses de l'abbaye de Barling (Essex) sous la conduite de la Mère Abbesse Aelfgiva. On a même prétendu qu'elle s'était représentée dans la tapisserie. Mais rien n'est moins sûr que l'incertain... comme aurait dit mon camarade Pierre Dac...

Cet ouvrage considérable pour l'époque a certainement demandé de longs mois ou même des années de préparation. Il a vraisemblablement été exécuté quelques années après la conquête de 1066. Il est formé de huit morceaux de longueurs différentes (de 5,25m à 13,75m). La totalité de la pièce mesure près de 70 mètres sur une largeur de 50 centimètres en moyenne. Cinquante-huit scènes sont représentées, numérotée en chiffres arabes.

Pour réaliser ce travail, les brodeuses ont utilisé huit teintes différentes de laine : rouge brique, jaune soutenu, jaune chamois, vert clair et vert foncé, trois tons de bleu dont un presque noir. Le récit occupe la partie centrale sur une hauteur d'environ 33 centimètres. En haut et en bas, une bordure de 7 à 8 centimètres de large représente des animaux ou personnages dont l'intérêt historique est nul: il s'agit vraisemblablement de décoration ou de remplissage.

Les personnages représentés sur la tapisserie sont au nombre de 626 mais 4 principaux figurent plusieurs fois: Guillaume, 16 fois ; Harold Godwineson, comte puis roi, 18 fois ; le roi Edouard le Confesseur, 5 fois ; l'évêque Odon, 4 fois. Les autres personnages sont variés et vont des marins, ouvriers, archers, à des grands seigneurs. On ne rencontre que 3 femmes. La parité n'était pas encore d'actualité….

Les animaux sont beaucoup plus nombreux : chevaux ou mulets, 202 ; chiens, une cinquantaine. Ils sont également nombreux sur les bordures (505). On trouve aussi 37 édifices ; églises, châteaux ; des bateaux au nombre de 41 ; Signalons enfin 49 arbres. Total: 1515 sujets. Cette liste n'a pour seul but de montrer la complexité de la représentation et la difficulté du travail. Un court texte en latin donne une explication concise de la scène.

Odon fit exposer solennellement la Tapisserie dans sa cathédrale de Bayeux le 14 juillet 1077, et certainement pas pour célébrer la fête nationale...  Elle y est restée puisqu'un inventaire datant de 1476 mentionnait: « Une tente (tenture) très longue et étroite de telle (toile) à broderie de ymages et escriptaulx faisans représentation du conquest de l'Angleterre, laquelle est tendue environ la nef de l'église le jour et par les octaves des Reliques. » Elle était rangée soigneusement dans un coffre placé sous l'autel de saint Thomas Becket. Elle n’était sortie que pour être exposée tous les ans pendant la seconde moitié du mois de Juillet, justement pour l’octave des Reliques.

En 1724, un érudit archéologue, Lancelot, s’intéressa à la Tapisserie et surtout découvrit son grand intérêt. Il avait été sensibilisé par Foucault, intendant de Normandie. Lancelot prit contact avec Dom Bernard de Montfaucon, bénédictin de la congrégation de Saint Maur, un savant érudit comme lui. Ce moine venait de commencer un ouvrage sur les Monuments de la Monarchie française, qui sera publié en 1728-1730 en deux volumes.

Il dépêcha à Bayeux des graveurs avec pour mission de copier la Tapisserie dans sa totalité. L'ensemble des planches figure dans ses Monuments. La tapisserie retrouva le calme discret de son coffre jusqu'à la Révolution. Elle échappa à ce mouvement iconoclaste, sans doute parce qu'elle était cachée. Bonaparte la sortit au grand jour et la fit transporter à Paris où elle fut exposée.

N'allons pas prêter au Premier Consul des intentions artistiques…..Non. C'était l'époque où il envisageait de débarquer en Angleterre, comme l'avait fait Guillaume plus de 7 siècles auparavant. Il lui fallait pour cela la maîtrise de la mer pendant 24 heures. Il ne l'aura pas. Plus près de nous, il manquera à Hitler la maîtrise de l'air pour réaliser le même débarquement. Guillaume est donc le seul qui ait réussi, sans doute parce qu’il ne lui fallait rien que son bon droit et sa foi dans son entreprise….

Bref, c'est pour impressionner les esprits et montrer un exemple de réussite que le futur empereur exhiba la Tapisserie avec en sous-entendu : et pourquoi pas moi ? Puis la Tapisserie fut renvoyée à Bayeux où la municipalité se trouva fort gênée. Il fut décidé qu'elle serait prise en charge par la Bibliothèque de la ville, mais qu'elle serait exposée tous les ans dans la cathédrale lors de la quinzaine de l'octave des Reliques, comme à l'origine. Mais cette mesure fut mal ou peu appliquée.

Après la Deuxième Guerre Mondiale, à laquelle elle échappa miraculeusement, elle fut installée dans un endroit spécialement conçu pour elle. Elle se trouve actuellement au Musée de la Tapisserie de Bayeux, centre Guillaume le Conquérant, 13 bis rue Nesmond 14402 Bayeux. Allez voir ce chef-d'oeuvre. Vous ne le regretterez pas.

 

(et en attendant, à suivre... pour d'autres anecdotes aussi sottes que... mais je l'ai déjà dit !)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens