Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 07:48

 

Passons à autre chose de différent...

 

 

Une phrase extraite du livre de Frédéric Le Guyader « La chanson du cidre » m’a interpellé…comme l’on dit maintenant. Je vous la livre : « Il y a autant de différence entre une femme d’Yffiniac et une femme d’Auray qu’entre une Samoyède et une Arlésienne. L’une a les attributs du sexe, l’autre en a toutes les grâces. »

Vraiment ?....Ce livre est paru en 1901. Ce qui était vrai à cette époque ne l’est sans doute plus un siècle plus tard. Heureusement !...Il est vrai que la Bretagne est à la fois unique et diverse, traditionnelle et moderne, attachée à son terroir et ouverte sur l’avenir. Voilà qui peut paraître contradictoire, mais bien dans l’esprit des Bretons, à la fois complexes et simples….

Si vous allez à Douarnenez et à Carhaix….(au hasard…), verrez-vous la même Bretagne ? Oui…et non…La même fierté de son terroir, oui ! Le même attachement à sa langue, oui ! La même façon de la parler, non !...Le même costume, non ! Je pourrais multiplier les exemples. Il y a l’Armor, le pays de la mer, et l’Argoat, le pays des bois.

Prenons le Finistère. Vous avez la Cornouailles au sud, le Léon au nord. Le nord et le sud….Combien de fois m’a-t-on dit que j’étais un sudiste !...Et alors ?...Le Cornouaillais est réputé pour sa gaieté, sa bonne humeur, son insouciance. Ses costumes sont plus colorés. Le Léonard (ou le Trégorois) est plus renfermé, plus mélancolique, plus réfléchi. Ses costumes ont une sévérité pleine de noblesse. Je n’ai surtout pas dit qu’il est triste ! Non. Le Breton est gai de nature. Mais cette gaieté ne se manifeste pas toujours de la même façon. Ici elle est plus expansive, là plus réservée.

On dit…et c’est sans doute vrai, que la côte du sud Finistère est plus riante et celle du nord plus sauvage. On prétend aussi que cet environnement influe sur les personnes. Le poète polonais Kraszewski dit même : « L’homme finit toujours par se pénétrer des influences extérieures. » Il y a peut-être du vrai. La sévérité physique des côtes nord correspond à celle des caractères des personnes qui y vivent. L’éclat des côtes du sud se retrouve dans le tempérament exubérant de ses habitants. Pourquoi pas ? (Mais non, je ne suis pas chauvin !....)

On a aussi classé les raconteurs d’histoires, (les gwerz), en disreveller, ceux qui racontent des histoires émouvantes, tragiques ou édifiantes, et en marveiller, qui content des mésaventures burlesques ou satiriques. Mais là encore les choses sont moins tranchées.

En résumé, le Breton reste, partout, profondément breton…Renan, Breton lui-même, l’a défini : « un Celte mâtiné de Gascon »….

Allons bon !.....

 

A plus...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens