Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 18:44

Vous avez certainement entendu parler de l'énigme du masque de fer... énigme qui n'en est vraiment plus une... Voici comment elle est née... Je l'ai trouvée dans le livre de Jean-Christian Petitfils "le masque de fer" et j'ai tenu à vous en faire part car je doute que vous le lisiez ou que vous l'ayez lu...

Voici donc l'histoire réécrite par mes soins...

Il est maintenant pratiquement acquis que le masque de fer était un valet de Fouquet, Eustache Dauger. A la mort de Fouquet, il aurait été normal que son valet fût libéré. Saint-Mars, son geôlier, l'a gardé emprisonné dans les mêmes conditions indignes. Cela lui conférait une certaine importance et en haut lieu on ne s'en préoccupait plus... Le danger, si danger il y avait eu, était passé. Mais les rumeurs les plus folles ont couru sur son identité...

Au fond, cette histoire doit son existence à la frustration de deux individus : Saint-Mars dont nous avons parlé, et le marquis de Barbezieux, fils de Louvois. Barbezieux devint secrétaire d'État à la mort de son père. Mais trop sûr de lui, il se relâcha, négligeant les affaires pour les plaisirs, si bien que le roi Louis XIV finit par le détester. C'est ainsi qu'il ne devint pas ministre d'État et qu'il en fut fort fâché.

Il tenta de noyer son chagrin dans la débauche avec ses amis. Il avait fait construire entre Versailles et Vaucresson une maison qu'on appela l'Étang. C'est dans cette maison qu'il noyait son déplaisir avec ses amis.

C'est là qu'il commença à parler de l'homme au masque de fer. Il n'en savait pas grand chose, son père ne lui ayant pas fait de confidences, pas plus que le roi. Mais c'est connu : c'est quand on ne connaît pas quelque chose qu'on en parle le plus ! Entouré de ses amis et surtout d'amies, le marquis, dont le vin était monté à la tête, se mit à raconter une ahurissante histoire. Pour cela, il s'inspirait du pamphlet les « Amours d'Anne d'Autriche ». Bien sûr qu'il connaissait l'identité de ce fameux prisonnier ! Il allait le révéler, mais ne le répétez pas, c'est un secret d'État ! Ce grand homme dont le visage était toujours caché pour qu'on ne le connaisse pas, c'était tout simplement le frère aîné du roi, né des amours de la reine Anne, épouse du roi Louis XIII, et du duc de Buckingham ! Pas moinsse !

Proférer de tels propos, c'était prendre un risque inouï. Un crime de lèse-majesté ! Mais le petit marquis ne s'en souciait guère. Le roi s'était moqué de lui, il se vengeait ! On riait mais quelle nouvelle : ainsi ce roi qui sous l'influence de Mme de Maintenon était devenu plus bigot que les bigots, tenait solidement enfermé son aîné à la Bastille car il pouvait lui disputer le trône.

Bien entendu, il n'y avait pas une once de vérité dans cette histoire... En 1701, le marquis mourait non sans avoir laissé de quoi vivre à sa maîtresse préférée, Geneviève-Antoinette du Bois de Saint-Quentin. Elle quitta la cour de Versailles et se réfugia à Chartres où elle mourut au milieu du XVIIIè siècle.

C'est à Chartres qu'elle se mit à raconter cette incroyable histoire du frère aîné de Louis XIV, en affirmant sa véracité comme la tenant de la bouche même de son amant. Ce qui est loin d'être une preuve mais comme a dit un auteur connu : mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ! (il avait réellement dit : calomniez au lieu de mentez... )

Elle raconta si bien que beaucoup crurent cette fable invraisemblable. Pus tard, Jean-Benjamin de La Borde, premier valet de chambre de Louis XV, passant par Chartres, entendit cette anecdote. Melle de Saint-Quentin était morte mais ceux qui avaient recueilli l'histoire de sa bouche étaient convaincus de sa véracité et la rapportaient avec tant de conviction que La Borde en fut fort impressionné et tout près d'y ajouter foi... « Melle de Saint-Quentin, disait-il, ajoutait qu'il y avait une parfaire ressemblance entre les deux frères... raison pour laquelle le prisonnier portait un masque... »

On peut ouvrir une parenthèse : comment savait-elle que les deux supposés frères se ressemblaient, puisque l'un d'eux portait un masque destiné à lui cacher la figure ? Mais passons...

Quoiqu'il en soit, elle se trompait sur le père putatif de l'homme au masque. Était-ce celui-ci ou plutôt celui-là ? Comme elle fixait la date de naissance de cet enfant en 1636, il suffisait de voir qui était l'amant de la reine à cette époque... comme si Anne d'Autriche avait eu quantité d'amant... ce qui reste à prouver. Dans le doute, comme il était incontestable que la reine et Buckingam avaient une attirance l'un vers l'autre (et je n'en dirai pas plus...), il valait mieux attribuer au duc anglais la paternité de l'enfant né en 1636, même si le dit duc était mort en 1628... On ne prête qu'aux riches...

Lorsqu'il voulut rédiger sa « Dissertation historique et critique sur l'Homme au masque de fer », l'historien Charpentier se rendit à Chartres afin d'obtenir des renseignements écrits de personnes ayant entendu conter cette histoire. Mais personne ne se risqua de donner une relation écrite, par crainte de la maréchaussée. L'historien dut se contenter de recueillir la tradition orale, ce qui n'est pas d'une grand fiabilité. Et pour confirmer son propos, il crut bon d'ajouter : « La notoriété à cet égard est telle dans la ville de Chartres qu'elle dispense d'un procès-verbal. »

Voltaire accréditera l'hypothèse d'un frère aîné, dans son « Siècle de Louis XIV », ce qui lui vaudra quelques ennuis. Plus près de nous, Alexandre Dumas parlera d'un frère jumeau du roi, et cela lui vaudra le succès dans ses « Trois Mousquetaires » et leur suite... Même Marcel Pagnol a tenté d'expliquer ce secret du masque de fer... et bien d'autres...

Vous saurez tout... ou presque...

Allez, à plus...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

bollargeau 20/08/2016 22:47

JE RECHERCHE UN PARTENAIRE POUR ME CADENASSER SOUS UN CASQUE EN FER A FIN DE RECONSTITUER LA VIE DE L' HOMME AU MASQUE DE FER
SI VOUS ETES INTERESSÉ ADRESSEZ MOI UN MAIL
bollargeau@hotmail.com

Présentation

Recherche

Liens