Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 10:47

… ou si vous préférez : il était une fois... un homme qui se prenait pour un alchimiste et recherchait la transmutation du plomb en or. Comme il n'y arrivait pas, il signa un pacte avec le diable. Nous étions le 5 octobre de l'an de grâce 1573. Comme cela se pratiquait déjà couramment, il s'agissait d'un bail 3-6-9, c'est à dire pour 3 ans, reconductible deux fois pour arriver à 9 ans, date à laquelle il prenait fin. Au bout de ces 9 ans, jour pour jour, au terme du contrat, le signataire s'engageait à donner son âme au diable.

L'alchimiste signa avec son sang et les deux personnages se séparèrent satisfaits. La première année, le diable lui accorda le secret de l'or et il devint très riche. Au bout de 3 ans, il aurait pu résilier le bail mais le diable, malin, lui offrit le secret de la puissance. Il devint alors une personnalité très importante. Au bout de 6 ans, l'alchimiste pouvait encore résilier la bail mais le diable lui donna le secret de jouvence : l'homme cessa de vieillir et resta jeune. Il avait ainsi les trois choses que l'on désire le plus... enfin certains : la richesse, la puissance, la jeunesse.

Les années passèrent ainsi et arriva la 9è année. Le 4 octobre, dans la soirée, le diable se présenta à celui qu'il comptait ramener avec lui dans les enfers. Des laquais en livrées cousues d'or vinrent lui ouvrir, il pénétra dans un fastueux palais et on le dirigea vers une salle somptueuse au milieu de laquelle une table était dressée, recouverte des mets les plus succulents et des vins les plus fins, mais avec seulement deux couverts.

-Je m'aperçois, fit le diable, que tu veux quitter ce monde en pleine allégresse...

-Ce n'est pas exactement cela... Mais prenez place, je vous attendais, messire Satan. Je vous prie de bien vouloir accepter de souper avec moi.

Il était 10 heures du soir, le diable pensa qu'il y avait encore deux bonnes heures avant le moment fatidique. De plus, la perspective d'un bon repas n'était pas pour lui déplaire. On peut être diable mais aussi aimer la bonne chère !...

Il s'assit donc et les deux hommes commencèrent à festoyer. Mais de temps en temps le regard du diable se portait vers la grande pendule qui égrenait les heures. Son plaisir de goûter des plats savoureux ne l'empêchait pas d'imaginer le bonheur qui l'attendait quand l'âme de ce chrétien serait sienne.

Les deux heures s'écoulèrent et enfin les aiguilles marquèrent minuit moins deux minutes. N'y tenant plus, le diable s'exclama :

-Mon cher ami, tout cela est bel et bon... mais il faut maintenant songer à venir avec moi ! Dans deux minutes, nous serons au jour suivant. Il nous faut respecter ce qui a été conclu !

-Ce qui signifie ? Demanda l'alchimiste.

-Ce qui signifie clairement que le 5 octobre 1573 tu as signé un contrat avec moi, par lequel tu me donnerais ton âme 9 ans après jour pour jour. Ce qui est dit est dit, personne ne peut aller contre.

-Quand devrais-je vous donner mon âme, messire Satan ?

-Le 5 octobre, c'est à dire dans... une minute et trente secondes...

-Êtes-vous donc si pressé ?

-Le pacte mentionne le 5 octobre et non un autre jour... donc... dans une minute.

-Vous avez bien dit le 5 octobre ?

-Oui, je dis et répète, le 5 octobre exactement... Pas le 4, ni le 6, mais le 5 ! Et nous y sommes !

-Un moment s'il vous plait, messire Satan.

L'alchimiste saisit une sonnette qui se trouvait sur la table, l'agita et deux moines encapuchonnés entrèrent dans la pièce.

-Que viennent faire ici ces deux moines ? Ils ne peuvent rien à ce qui a été signé ! Tu es perdu !

Les douze coups de minuit retentirent alors dans un silence de mort et le diable continua :

-Voilà, c'est l'heure : nous sommes maintenant le 5 octobre, ton âme m'appartient !

-Vous vous trompez, messire Satan. Demandez donc à ces moines, ils doivent dire la vérité. Si nous sommes le 5 octobre, je consens à vous laisser mon âme.

-Eh bien, demanda Satan, dites-moi donc quel jour nous sommes ?

-Aujourd'hui nous sommes le 15 octobre de l'an de grâce 1582, par décision de sa Sainteté le pape Grégoire XIII, qui vient de réformer le calendrier Julien. Dans tous les états catholiques du monde, c'est à dire partout, nous sommes bien le 15 octobre !

-Vous le jurez ? Demanda Satan très pâle, ce qui pour un diable est assez rare...

-Nous le jurons devant Dieu ! Répondirent les deux moines.

Le diable disparut alors dans un grand tourbillon de flammes et de fumée et on ne revit plus...

(C'était parfaitement exact : pour rattraper les 10 jours que le Temps avait perdu par rapport au calendrier de Jules César, le pape Grégoire XIII décida que du 4 octobre 1582 on passerait directement au 15 octobre ! Il n'y a donc pas eu de 5 octobre 1582, pas plus que de 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14... Et depuis nous vivons avec le calendrier grégorien, sans que vous le sussiez sans doute... Heureusement, je suis là pour vous le rappeler ! Que feriez-vous sans moi...)

Allez, à plus !

Partager cet article

Repost 0
Published by Gerard Nedellec
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens